Libye

S.E. M. Mahmoud Jibril, Président

24 septembre 2011 (66e session)

Libya
Statement Summary: 

M. MAHMOUD JIBREEL, Président du Bureau exécutif du Conseil national de transition (CNT) de la Lybie, a déclaré que 30 000 personnes avaient perdu la vie dans le conflit qui les avait opposées au régime du colonel Al-Qadhafi, « afin d’écrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays et œuvrer à l’avènement d’une Libye libre ».  Il y a deux ans, a-t-il rappelé, le colonel Al-Qadhafi avait jeté la Charte des Nations Unies à terre, « un geste pathétique et théâtral », comme si les règles qui régissent la communauté internationale n’avaient aucune importance à ses yeux.  « Je m’adresse à vous pour vous assurer qu’une Libye nouvelle est aujourd’hui présente aux Nations Unies et sur la scène internationale, une Libye désireuse de surmonter ses difficultés et de s’ouvrir au reste du monde ».  M. Jibreel a assuré que la nouvelle constitution garantirait les libertés fondamentales de tous les Libyens, sans discrimination aucune.  Toutefois, nous ne sommes pas en train de dire que nous avons « une baguette magique », comme le faisait le colonel Qadhafi, qui se considérait comme un prophète, alors que la Libye qu’il nous a laissée en héritage est un pays aux infrastructures en ruine, où une personne sur cinq vit en dessous du seuil de la pauvreté et où le système éducatif est le pire de la région.

Le Président du Bureau exécutif a ensuite remercié tous les « États frères » qui ont permis aux résolutions 1973 et 2009 du Conseil de sécurité d’être adoptées.  Appelant maintenant le Conseil de sécurité à dégeler les fonds de la famille Al-Qadhafi, le Président a déclaré qu’une assistance était nécessaire pour mettre en place des institutions étatiques, dans un pays qui en a été privé depuis 42 ans.  Conscient que les attentes placées en lui étaient élevées, le CNT a déclaré que la réalisation de la réconciliation nationale était urgente, y compris pour un gouvernement de transition.  « La Libye que nous voulons est un État de droit », a assuré M. Jibreel, qui estime que, de par sa position géostratégique, son pays peut devenir un lien entre le Sud et le Nord, l’Est et l’Ouest.  De manière plus générale, il a défendu l’idée selon laquelle l’Afrique, grâce à ses ressources et à son dynamisme, peut jouer un rôle de premier plan sur la scène mondiale, et que les migrations africaines peuvent continuer à contribuer au développement économique de l’Europe.  « Notre politique étrangère sera basée sur le respect de la souveraineté des autres États », a-t-il promis.  Le temps est également venu de placer au premier plan les jeunes et les femmes, non seulement parce qu’ils représentent 67% du monde arabe, mais aussi parce qu’ils sont l’avenir, a martelé le Président du Bureau exécutif, avant de conclure.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Mohamed Siala
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Faiez Mustafa Serraj
    Président du Conseil de la présidence du Gouvernement d’entente nationale
  • S.E. M. Faiez Mustafa Serraj
    Président
  • S.E. M. Agila Saleh Essa Gwaider
    Chef d'État par intérim
  • S.E. M. Agila Saleh Essa Gwaider
    Président
  • S.E. M. Ali Zeidan
    Premier Ministre
  • S.E. M. Mohamed Yousef El-Magariaf
    Président
  • S.E. M. Musa Abdussalam Kousa,
  • S.E. M. Colonel Muammar Al-Qadhafi
    Leader of the Revolution