Vanuatu

S.E. M. Charlot Salwai Tabimasmas, Premier Ministre

28 septembre 2018 (73e session)

Statement Summary: 

Si les Nations Unies ont beaucoup progressé au cours des dernières décennies en matière notamment de réduction de la pauvreté extrême et d’autonomisation des filles et des femmes, l’Organisation pèche par son incapacité récurrente à empêcher les crises, a fait observer M. CHARLOT SALWAI TABIMASMAS, Premier Ministre du Vanuatu.  Il a cité l’exemple de la Syrie et l’incapacité du Conseil de sécurité de prendre une action décisive sur la question.  Pour lui, être membre de cet organe n’est pas seulement un prestige, il faut aussi savoir faire preuve de leadership résolu pour sauvegarder la paix et la sécurité dans le monde. 

Sur le volet des changements climatiques, le Premier Ministre a jugé possible, en tant que pays le plus à risque dans le monde en termes d’exposition aux dangers naturels, selon l’indice des risques mondiaux de l’Université des Nations Unies (UNU), que ce phénomène puisse entraver la réalisation des objectifs nationaux du Programme 2030.  Les gouvernements de pays industrialisés ont promis de dégager 100 milliards de dollars par an pour le financement climatique en faveur des pays vulnérables d’ici à 2020, or le moyen de parvenir à ce but « reste obscur », a-t-il fait observer. 

« La région Pacifique ne peut se permettre de voir l’Accord de Paris sur les changements climatiques relégué aux archives de l’ONU », a déclaré M. Tabimasmas.  « Nous demandons à ce que le programme de travail de l’Accord soit achevé et rendu opérationnel à Katowice », a-t-il martelé, insistant pour que les parties à l’Accord intensifient leur ambition de parvenir à la cible de 1,5 degré Celsius comme convenu. 

Le Premier Ministre a, par ailleurs, indiqué que le Vanuatu est déterminé à régler le problème de délimitation de ses frontières maritimes et s’est dit encouragé par une décision des dirigeants du Pacifique de faire avancer les négociations en vue de conclure et présenter un rapport sur la question en 2019.  Pour l’heure, la grande priorité de son gouvernement est d’assurer un développement durable pour notre population d’ici 2030, mais il ne peut à lui seul assumer « l’immense responsabilité » d’y parvenir.  Une responsabilité d’autant plus difficile pour le Vanuatu qui est exposé à des catastrophes naturelles d’intensité croissante, ce qui pose un « problème de finances vis-à-vis d’un budget national limité ».  Il s’est, en conclusion, réjoui de l’occasion qui sera donnée à son pays de présenter son bilan national volontaire en 2019. 


Source

Droit de réponse

Première déclaration (1 octobre 2018)

Son homologue de Vanuatu a répondu à l’Indonésie que les allégations sur les violations des droits de l’homme en Papouasie occidentale doivent faire l’objet d’une enquête. Le représentant a rappelé que le Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme attend toujours la réponse de l’Indonésie à sa demande d’aller en Papouasie occidentale pour évaluer la situation.

Source: AG/12073

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Charlot Salwai Tabimasmas
    Premier Ministre
  • S.E. M. Charlot Salwai Tabimasmas
    Premier Ministre
  • S.E. M. Meltek Sato Kilman Livtuvanu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Joe Natuman
    Premier Ministre
  • S.E. M. Moana Carcasses Kalosil
    Premier Ministre
  • S.E. M. Meltek Sato Kilman Livtunvanu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Meltek Sato Kilman Livtunvanu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Edward Natapei
    Premier Ministre
  • S.E. M. Edward Nipake Natapei
    Premier Ministre