Namibie

S.E. M. Hage Geingob, Président

26 septembre 2018

Statement Summary: 

M. HAGE G. GEINGOB, Président de la Namibie, a noté la tendance vers des actions unilatérales, « un développement qui va à l’encontre des principes fondamentaux de la démocratie sur laquelle notre Organisation a été construite ».  Il lui semble urgent de remettre le multilatéralisme à l’honneur pour contrecarrer ces actions unilatérales, partageant l’opinion du Secrétaire général quand il dit que face aux problèmes actuels qui sont de plus en plus mondiaux, le multilatéralisme est plus important que jamais.  Il a précisé que la République de Namibie est fondée sur la démocratie, l’état de droit et la justice, alors que les droits fondamentaux sont inscrits dans sa Constitution. 

Son pays, a-t-il poursuivi, s’est engagé sur la voie du développement durable, ayant d’ores et déjà inclus les 17 objectifs du Programme 2030 dans ses plans de développement nationaux.  Pays sec et aride, la Namibie a misé sur certains objectifs prioritaires comme l’énergie, l’eau et les écosystèmes terrestres, et compte sur le soutien de la Banque de technologies, qui a été mise en place à Istanbul en juin 2018, pour identifier à temps les potentielles zones de sècheresse ou d’inondation.  Le Président namibien a rappelé que son pays avait présenté cette année en juillet son examen national volontaire sur la mise en œuvre des objectifs de développement durable.

Il a noté que malgré une croissance constante au cours des 10 dernières années, son pays connaît un taux de chômage toujours élevé.  Il était fier cependant de pouvoir déclarer que la Namibie a connu l’une des réductions de la pauvreté les plus rapides de sa région passant de 28,8% à 17,4% en 10 ans.  Les inégalités restent cependant un défi, a reconnu le Président namibien, pointant du doigt le problème de la propriété des terres agricoles dont 70% sont aux mains de Namibiens blancs.

Dans ce contexte, il a annoncé la deuxième conférence nationale sur les terres qui aura lieu début octobre 2018, et a précisé que dans le cadre de ses préparatifs, son gouvernement avait mené des consultations dans les 14 régions du pays afin d’assurer un processus inclusif.  « Nous croyons aux consultations.  Si la diplomatie échoue, c’est la guerre entre les peuples », a-t-il déclaré à ce sujet, avant de demander aux partenaires de développement de la Namibie de soutenir le résultat de cette conférence en vue de l’aider dans ce processus de transformation socio-économique.

Le Président namibien a soutenu à nouveau que la classification de son pays en tant que pays à revenu intermédiaire élevé ne tient pas compte de cette distribution des terres, ce qui l’empêche d’avoir accès à l’aide publique au développement (APD) et à des conditions financières abordables.  Cette situation risque d’empêcher le pays de pleinement réaliser les objectifs de développement durable, a-t-il craint.  Il a exprimé son soutien à la lutte contre la tuberculose à l’échelle mondiale, rappelant que la Namibie est le neuvième pays le plus touché par cette maladie transmissible.  Même si la lutte contre la tuberculose est financée à 70% par des fonds nationaux, le Président a reconnu qu’un manque de moyens humains et financiers, des niveaux élevés de pauvreté et un manque de services de santé publique dans les régions rurales restent des défis à relever.

En qualité de Président de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), il a annoncé la stratégie en faveur de l’industrialisation de la région à l’horizon 2063.  Il s’est dit convaincu que les jeunes de la SADC sont les futurs garants de l’infrastructure sociale, politique, économique et de gouvernance.  En tant que tels, il faut leur donner les moyens de pousser le développement vers une croissance et une prospérité inclusive.  « Les jeunes de notre région aspirent à un avenir avec plus d’opportunités et des garanties d’emploi où la quatrième révolution industrielle représentera des possibilités et non pas une menace. »  Enfin, le Président a applaudi le leadership du Secrétaire général pour assurer la représentation des femmes au plus haut niveau de l’Organisation, expliquant que l’égalité entre les sexes fait partie de ses priorités. 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes