El Salvador

S.E. M. Salvador Sánchez Cerén, Président

26 septembre 2018 (73e session)

El Salvador
Statement Summary: 

M. SALVADOR SÁNCHEZ CERÉN, Président d’El Salvador, s’est joint à l’appel du Secrétaire général concernant l’urgente nécessité de combler l’écart de financement des objectifs de développement durable.  Son pays consacre près de 50% du budget national au développement social, un investissement sans précédent, a-t-il indiqué tout en reconnaissant que les finances nationales ne sont pas suffisantes et en demandant à la communauté internationale d’assumer sa part dans cet engagement. 

Le Président a ensuite détaillé les nombreuses difficultés que rencontre El Salvador, comme la récente sécheresse, l’une des plus importantes de son histoire.  Il faut donc que le pays investisse des ressources publiques à la sécurité alimentaire des familles.

Au plan écologique, El Salvador fait partie des pays qui ne contaminent quasiment pas au niveau mondial, mais qui par contre souffrent des effets du changement climatique généré par d’autres.  Le pays a, de ce fait, un besoin urgent de financer les mesures d’adaptation.  Il a fait valoir qu’El Salvador constitue une référence en ce qu’il fait son possible pour protéger son environnement alors que c’est un petit pays sans grandes ressources.  Il a invité l’Assemblée à considérer son initiative de déclarer la décennie 2020-2030 « Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes ». 

Le Président a fait part d’importants résultats obtenus dans la lutte contre la pauvreté, grâce à des programmes de protection sociale et des stratégies de développement, permettant de réduire de 10% la pauvreté entre 2009 et 2017.  Il a aussi vanté les mérites de sa lutte contre l’analphabétisme, qui est soutenue par Cuba, et de son action pour la défense des droits des femmes grâce à une stratégie de prévention des violences sexuelles qui a impliqué toutes les institutions gouvernementales.  Il a aussi parlé de la Stratégie nationale de lutte contre la mortalité infantile.

Le Président a appelé à aborder la question migratoire sous l’angle des droits de l’homme, en pesant les avantages et les inconvénients.  Il a évoqué les nombreuses familles de migrants qui ont connu des séparations, notamment dans le triangle Nord de l’Amérique centrale, avant de demander à nouveau aux autorités des États-Unis de rationaliser le processus de réunification des mineurs avec leurs familles.  Il a par ailleurs expliqué travailler pour créer de meilleures conditions de vie dans son pays, en investissant dans le capital humain, la sécurité, la prévention de la violence et la lutte contre le trafic de stupéfiants.

Enfin, le Président a plaidé la cause du multilatéralisme et insisté sur la nécessité d’un dialogue constructif, de la coopération, de la concertation et du renforcement des mécanismes d’intégration des alliances régionales.  Il a demandé à cet égard de mettre un terme au blocus « anachronique » contre Cuba et à celui contre le Venezuela.  « Nous rejetons toute ingérence extérieure ou intervention militaire », a-t-il ajouté.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Tribune


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Salvador Sánchez Cerén
    Président
  • S.E. M. Salvador Sánchez Cerén
    Président
  • S.E. M. Hugo Roger Martínez Bonilla
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Salvador Sánchez Cerén
    Président
  • S.E. M. Carlos Mauricio Funes Cartagena
    Président
  • S.E. M. Carlos Mauricio Funes Cartagena
    Président
  • S.E. M. Carlos Mauricio Funes Cartagena
    Président
  • S.E. M. Carlos Mauricio Funes Cartagena
    Président
  • S.E. M. Carlos Mauricio Funes Cartagena
    Président