Burkina Faso

S.E. M. Alpha Barry, Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale

29 septembre 2018 (73e session)

Burkina Faso
Statement Summary: 

M. ALPHA BARRY, Ministre des affaires étrangères du Burkina Faso, a indiqué que le pays poursuivait ses efforts de renforcement de la démocratie et de consolidation de l’État de droit, avant l’avant-projet de nouvelle constitution et la révision achevée du Code électoral, qui permettra aux Burkinabè de l’extérieur de voter en 2020.  La nouvelle constitution entend renforcer les droits de l’homme et les libertés publiques et davantage équilibrer les pouvoirs, a-t-il expliqué. 

La croissance, avec un chiffre annoncé de 6,7% « malgré un contexte économique et social difficile », a été obtenue grâce à un effort d’assainissement des finances publiques et à « l’amélioration des recettes fiscales »; elle a permis d’élargir la couverture maladie à tous les Burkinabè, s’est félicité le Ministre. 

Les attaques terroristes dont il est l’objet préoccupent le Burkina Faso, a poursuivi M. Barry.  Elles s’étendent désormais du nord du pays vers d’autres régions, notamment le sud-ouest et l’est, s’est-il inquiété, rappelant qu’en trois ans, elles avaient causé 229 morts.  Les terroristes utilisent un nouveau modus operandi, les engins explosifs improvisés, et s’attaquent aux écoles et aux symboles de l’État.  Dans ce contexte, M. Barry en a appelé au soutien de la communauté internationale pour rendre opérationnelle la Force conjointe du G5 Sahel.  Il a aussi demandé au Conseil de sécurité de placer la Force conjointe du G5 Sahel sous le mandat du Chapitre VII de la Charte, en vue de lui assurer un financement pérenne et multilatéral, et s’est réjoui de l’adoption de la résolution du 31 mai 2018, qui prévoit une redynamisation du rôle du système des coordonnateurs résidents.

Rappelant que son pays est le premier contributeur de troupes à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), le Ministre a félicité ce pays pour avoir organisé avec succès l’élection présidentielle « malgré le contexte de la menace terroriste ».

Partisan d’une réforme du fonctionnement du Conseil de sécurité pour qu'il soit davantage représentatif, le représentant burkinabè a aussi appelé à des négociations basées sur un texte, « seul moyen d’avancer sûrement vers une solution réelle et consensuelle ».


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Roch Marc Christian Kaboré
    Président
  • S.E. M. Roch Marc Christian Kaboré
    Président
  • S.E. M. Michel Kafando
    Président de la transition
  • S.E. M. Djibrill Ypènè Bassolé
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Blaise Compaoré
    Président
  • S.E. M. Djibrill Ypènè Bassolé
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Djibrill Ypènè Bassolé
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Michel Kafando
    Représentant permanent
  • S.E. M. Blaise Compaoré
    Président