Ukraine

S.E. M.  Petro Poroshenko, Président

20 septembre 2017 (72e session)

Statement Summary: 

M. PETRO POROSHENKO, Président de l’Ukraine, a appelé à une action collective robuste face aux menaces collectives auxquelles le monde est confronté, notamment la montée du terrorisme et de l’extrémisme violent et la lutte contre le réchauffement climatique.  Les Nations Unies doivent être à l’avant-plan de ces efforts, a estimé le Président qui a soutenu le programme de réforme complet proposé par le Secrétaire général, et en particulier celle du Conseil de sécurité.  Rappelant que l’Ukraine reste pleinement attachée à la notion de souveraineté garantie et pleinement respectée, telle que stipulée dans la Charte des Nations Unies, le Président a répété que cette notion a été bafouée en Ukraine par l’un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité.  Depuis le début de l’agression russe, plus de 1 000 personnes ont perdu la vie, 7% du territoire est occupé et l’économie est détruite, a-t-il poursuivi.  La Crimée est devenue une terre de répression depuis son annexion comme en atteste le cas particulier de certains activistes, en dépit des appels du Haut-Commissaire aux droits de l’homme pour le déploiement d’une mission d’enquête.  Ce manque de coopération de la part de la Fédération de Russie exige, selon le Président, une réaction de la communauté internationale pour aider les Tatars de Crimée et prévenir la militarisation de la péninsule.  Dans le Donbass, la situation sécuritaire et celle des droits de l’homme est tout aussi inquiétante, a poursuivi le Président ukrainien qui a, de nouveau, donné des exemples concrets de la répression russe sur place.

« La Russie est le seul pays au monde qui a un conflit potentiel ou gelé avec la quasi-totalité de ses voisins », a fait observer M. Poroshenko, accusant cette dernière de vouloir échanger la paix contre la liberté, un choix inacceptable.  Le Président a ainsi critiqué la dernière proposition de paix faite par la Fédération de Russie.  Toute mission des Nations Unies doit couvrir l’intégralité du territoire occupé, y compris la zone frontalière avec la Russie.  Le personnel « de l’agresseur » ne saurait y participer, a déclaré le Président, en ajoutant qu’il y va de la paix au cœur même de l’Europe.

L’Ukraine reste déterminée à faire comparaître en justice les responsables de l’explosion en vol de l’avion de la Malaysia Airline, il y a trois ans.  Elle est favorable au désarmement nucléaire et soutient toute mesure permettant de mettre fin aux activités illégales de la Corée du Nord.  Pour ce qui est de la Syrie, M. Porochenko a appelé au plein respect de l’accord de Genève et s’est dit préoccupé par le fait que la Fédération de Russie utilise la « Crimée occupée » pour acheminer des armes en Syrie.
 


Source

---------------

Droit de réponse (21 septembre 2017)

Première Déclaration:

Faisant usage de son droit de réponse, le représentant de l’Ukraine a réagi au discours du Ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie.  Il a affirmé que la Russie est reconnue par l’ONU comme un agresseur de l’Ukraine.  En tant que puissance d’occupation, elle n’a, selon lui, pas le droit de parler de l’Ukraine.

Source: AG/11950

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes