Canada

S.E. M. Justin Trudeau, Premier Ministre

21 septembre 2017

S.E. M.Justin Trudeau

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. JUSTIN TRUDEAU, Premier Ministre du Canada, a estimé que le thème du débat général de cette année, « Priorité à l’être humain », résonne de façon particulière au Canada, où l’essentiel pour les Canadiens a toujours été « les gens, la paix et une bonne qualité de vie » ainsi que l’environnement et « l’équité pour tous ».  Il a parlé des leçons que le Canada, qui demeure un projet en « perpétuelle évolution », a apprises en cours de route, ainsi que des erreurs qui ont marqué son histoire.

L’approche du Canada, a dit le Premier Ministre, est fondée sur des valeurs de « dignité humaine » qui accordent de véritables opportunités à tous.  Il s’agit d’une approche que le pays tente de mettre en œuvre non seulement au niveau national, mais également à l’échelle mondiale.  Rappelant que le Canada célèbre cette année son cent-cinquantième anniversaire, il a souligné qu’en réalité, le « Canada, est beaucoup plus vieux que cela ».  Des autochtones y ont vécu « depuis des millénaires », a poursuivi le Premier Ministre, soulignant que le pays a été bâti sur les terres ancestrales des peuples autochtones, sans qu’ils aient eu l’occasion d’y participer de façon significative et sans que les traités qu’ils ont signés avec les autorités coloniales ne soient respectés ni mis en œuvre.  Pour les Premières Nations, les Métis et les Inuits, l’expérience de la colonisation en a plutôt été une « d’humiliation, de négligence et d’abus » par une série de gouvernements qui ont « choisi de miner leurs droits et leur dignité », a déploré le Premier Ministre.  Cela « nous fait grandement honte », a-t-il regretté.

Aujourd’hui, les autochtones vivant dans les réserves ne reçoivent pas les services de base auxquels ils ont droit, y compris une éducation et des services sanitaires de qualité.  Pour plusieurs femmes autochtones, la vie au Canada est faite de menaces de violence d’une sévérité telle qu’Amnesty international a qualifié leur situation de « crise de droits de l’homme ».  Le Premier Ministre Trudeau s’est également attardé sur les déplacements forcés et les pensionnats autochtones visant à assimiler de force les enfants de ces communautés parmi les fléaux qui ont affligé les Premières Nations au cours de leur histoire. 

Devant ce sombre constat, M. Trudeau a appelé à une réconciliation « vraie, significative et durable » entre le Canada et ses communautés d’origine, guidée par la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et sur les travaux de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.  Il a noté, à cet égard, que les lois fédérales canadiennes sont revues et corrigées et que des programmes sont mis en place pour corriger la situation, notamment aux niveaux linguistique, politique et social.  Enfin, il a annoncé que le Canada démantèlera sous peu les « vieilles structures bureaucratiques » existantes, qui seront remplacées par un Ministère des affaires autochtones et du Nord ainsi que par un Ministère des services aux autochtones.  Cependant, a-t-il ajouté, les autochtones devront examiner leur propre mode de gestion et apporter eux-mêmes les changements qu’ils croient nécessaires.

Par ailleurs, a poursuivi M. Trudeau, le Gouvernement du Canada entend adopter sous peu une loi visant à assurer la parité salariale entre les hommes et les femmes.  Il s’est dit déterminé à mettre en œuvre les objectifs de développement durable au Canada et à en faire la promotion dans le monde. 

Abordant la question des changements climatiques, le Premier Ministre a rappelé l’importance de l’Accord de Paris, « qui nous concerne tous ».  Il a expliqué que les peuples autochtones et les communautés du nord du pays sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques, alors que la fonte des glaces rend la chasse et les voyages périlleux.  Il s’est dit prêt à aider ces communautés à faire face à ces défis.  Il a par ailleurs assuré le monde de son engagement inflexible à combattre les changements climatiques et à défendre l’Accord de Paris.  Le Canada, a-t-il ajouté, entend imposer un tarif sur la pollution causée par le carbone, moyen efficace selon lui de « réduire les émissions tout en faisant croître l’économie ».

Poursuivant son intervention, M. Trudeau s’est engagé à œuvrer pour réduire les « inégalités à l’intérieur des pays et entre les pays ».  Il a souligné que son gouvernement a augmenté les allocations familiales et l’impôt pour les Canadiens les plus riches.  Il entend également rendre l’éducation plus abordable afin de créer des emplois bien rémunérés dans des secteurs novateurs.  Enfin, il a souligné l’entrée en vigueur, aujourd’hui, de l’Accord économique et commercial global avec l’Union européenne, qui, a-t-il expliqué, contribuera à la création d’emplois et de nouvelles opportunités d’affaires pour tous les Canadiens.


Source

Déclaration

Vidéo

Français

Tribune

Audio

Arabe | Téléchargement

Chinese | Téléchargement

Anglais | Téléchargement

Français | Téléchargement

Russe | Téléchargement

Espagnol | Téléchargement

Original language | Téléchargement

Sessions précédentes

  • S.E. M. Justin Trudeau
    Premier Ministre
  • S.E. M. Daniel Jean
    Vice-Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Stephen HARPER
    Premier Ministre
  • S.E. M. John Baird
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. John Baird
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. John Baird
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Stephen Harper
    Premier Ministre
  • S.E. M. Lawrence Cannon
    Ministre des affaires étrangères