Bahamas

S.E. M. Darren Allen Henfield, Ministre des affaires étrangères

23 septembre 2017 (72e session)

Bahamas
Statement Summary: 

M. DARREN ALLEN HENFIELD, Ministre des affaires étrangères des Bahamas, s’est félicité des traditions démocratiques que son pays a su construire au fil des années, notamment avec l’élection d’un nouveau gouvernement en mai de cette année.  Il s’est toutefois inquiété des « temps difficiles » que nous vivons, marqués par la montée du terrorisme, de la traite des personnes et la dégradation de l’environnement.

Le Ministre a souligné que la lutte contre les changements climatiques revêt une importance particulière pour les Bahamas, notamment après le récent passage d’ouragans dévastateurs qui ont frappé le pays pour la troisième fois en trois ans, causant de sérieux dommages.  Il a en outre appelé les États-Unis à lever les « barrières législatives » contre Cuba, « la plus grande île des Caraïbes », à nouveau touchée par des ouragans.

Après avoir noté que les Bahamas avaient dû, pour la première fois de leur histoire, évacuer des communautés entières à l’approche d’un ouragan –Irma- M. Henfield, s’est demandé si le jour ne viendrait pas où il faudrait évacuer l’ensemble de la population de la Caraïbe.  Des efforts urgents et coordonnés de lutte contre les changements climatiques sont nécessaires afin de prévenir de nouvelles migrations, a-t-il relevé, appelant la communauté internationale à unir ses forces.

Pleinement engagées dans la conservation des océans, les Bahamas ont présenté à nouveau leur candidature au Conseil de l’Organisation maritime internationale, a rappelé le Ministre.

M. Henfield s’est par ailleurs élevé contre l’utilisation du produit intérieur brut (PIB) comme instrument de mesure du développement économique, qui a pour effet d’empêcher les pays qui en ont le plus besoin de recevoir une aide à des taux préférentiels.  Il a en outre regretté le départ massif de la région de nombre d’institutions financières internationales, inquiètes de faire l’objet d’amendes pour blanchiment d’argent ou financement du terrorisme.  Les Bahamas ont investi à grand coût dans les régimes de conformité, a-t-il souligné, invitant la communauté internationale à trouver d’autres moyens de remédier à ces problèmes.  Le pays compte d’ailleurs participer pleinement au processus d’examen national volontaire du Conseil économique et social (ECOSOC), en 2018.  Les Bahamas sont également résolues à combattre la corruption et à mettre en place une administration publique efficace.

Notant enfin la fin prochaine du mandat de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) et le début de celui la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH), le Ministre a exprimé l’appui de son pays à la poursuite du développement d’Haïti.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Hubert Alexander Minnis
    Premier Ministre
  • S.E. M. Frederick Mitchell
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Frederick Mitchell
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Frederick A. Mitchell
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Perry Gladstone Christie
    Premier Ministre
  • S.E. M. Frederick A. Mitchell
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Theodore Brent Symonette
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Theodore Brent Symonette
    Vice-Premier Ministre
  • S.E. M. Theodore Brent Symonette
    Vice-Premier Ministre