Déclaration
    Venezuela (République bolivarienne du)
    Son Excellence
    Nicolás Maduro Moros
    Président
    Kaltura
    Video player cover image

    Résumé

    M. NICOLÁS MADURO MOROS, Président du Venezuela, a salué « l’aboutissement de la bataille menée par nos peuples pour mener une vie de dignité et ouvrir la voie à un monde qui respecte leur identité plurielle ».  Il y a 200 ans, a-t-il rappelé, Simón Bolivar avait défini une politique anticoloniale et anti-impérialiste.  À l’Assemblée générale vendredi dernier, le pape François lui-même avait plaidé pour un monde de paix, de coexistence et d’égalité.

    Après 70 ans, a insisté M. Maduro Moros, la Charte des Nations Unies reste d’actualité.  Pour lui, elle doit garantir le droit à l’autodétermination et à l’indépendance de tous les peuples du monde.  Il a évoqué la guerre froide et ses séquelles et le passage d’un « monde bipolaire de la confrontation » à un « monde unipolaire, qui impose une pensée unique ».  Le néolibéralisme a semé derrière lui la misère pour les peuples du Sud.  Le temps est venu d’un monde multipolaire, un monde d’égaux qui respecte les peuples et reconnaisse les nouveaux régionalismes, a martelé le Président.

    Le Venezuela a ouvert « une voie rebelle et révélatrice », s’est félicité le Président.  On n’a pas le droit de juger les régimes d’autres pays, a-t-il dit.  En Iraq, en Afghanistan et en Libye, a-t-il dit, « on a détruit un peuple stable ».  Le Venezuela pense que le système des Nations Unies a les moyens d’arrêter la tragédie humanitaire en Syrie, a déclaré le Président Maduro Moros.

    Seule la paix peut garantir la viabilité du Programme à l’horizon 2030 et la viabilité des relations internationales, a poursuivi M. Maduro Moros.  «  En Amérique latine et dans les Caraïbes, on est en train de définir un nouveau régionalisme » et de consolider l’union dans la diversité, s’est–il félicité.  Selon lui, « c’est une clameur qu’il faut entendre ».  Dans cet esprit, il a salué la reprise des relations diplomatiques entre Cuba et les États-Unis et souhaité que les relations entre ce pays et les gouvernements de la région « portent le sceau du dialogue et du respect ». 

    Le Président vénézuélien a estimé qu’il faudrait rendre à Panama le canal de Panama et à Cuba le territoire de Guantanamo.  De même, le Royaume-Uni devrait prendre la décision de venir à la table des négociations pour examiner le droit de l’Argentine sur les îles Malouines.

    En conclusion, M. Maduro Moros a souligné les défis auxquels fait face le Venezuela « dans l’édification d’un modèle social et économique » humaniste.  Il a demandé au monde d’être attentif à toute ambition visant à enfreindre la volonté politique de son pays à l’approche des élections parlementaires.

    Source :
    http://www.un.org/press/fr/2015/ag11694.doc.htm

    Déclaration complète

    Lire la déclaration complète, en PDF.

    Déclaration en anglais
    Déclaration en espagnol

    Audio

    Écouter et télécharger la déclaration complète au format mp3.

    Chargement du lecteur en cours...

    Photo

    Portrait de (titres de civilité + nom) Son Excellence Nicolás Maduro Moros (Président), Venezuela (République bolivarienne du)
    Photo ONU

    Sessions antérieures

    Accéder aux déclarations faites lors des débats généraux des années passées.