Nauru

S.E. M. Baron Divavesi Waqa, Président

30 septembre 2015 (70e session)

S.E. M.Baron Divavesi Waqa

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. BARON DIVAVESI WAQA, Président de Nauru, a proposé de renforcer la légitimé de l’ONU en se fondant sur trois principes: universalité, adaptabilité et responsabilité.  Saluant l’adoption du Programme de développement durable à l’horizon 2030, il a apprécié le fait que d’autres indicateurs que le PIB ou le revenu par habitant soient pris en compte pour mesurer le progrès humain.  Pour Nauru, a-t-il expliqué, « l’océan est la source de pratiquement toutes les possibilités de développement ».  Il a dénoncé les navires qui pratiquent la pêche illégale, non déclarée et non réglementée dans les eaux territoriales des petit États insulaires en développement. 

Le Président a estimé qu’il fallait « repenser la façon dont nous coopérons au niveau international ».  L’aide doit être prévisible et durable, a-t-il indiqué.  Elle ne doit pas être utilisée à des fins politiques.  M. Waqa a souhaité que les agences internationales et régionales et les partenaires du développement engagent des ressources pour aider les pays à renforcer leurs institutions, remerciant l’Australie, Taiwan, la Russie et Cuba pour leur appui. 

Par ailleurs, le Président a appelé le Conseil de sécurité à inscrire la question des changements climatiques à son ordre du jour, et le Secrétaire général à nommer un représentant spécial sur le climat et la sécurité.  À cet égard, il a jugé cruciale la conclusion d’un accord juridiquement contraignant lors de la prochaine Conférence de Paris, assorti d’un mécanisme de financement et de compensation.  Il a espéré que les grandes puissances économiques accepteraient les changements nécessaires pour atteindre les objectifs fixés.

Le soixante-dixième anniversaire de l’ONU coïncide avec le soixante-dixième anniversaire du retour des habitants de Nauru chez eux, a-t-il poursuivi.  Lors de l’occupation de leur pays pendant la Seconde Guerre mondiale, les habitants avaient été évacués par la force en Micronésie et la population était passée à moins de 1 500 personnes.  « Nous étions menacés d’extinction », a conclu M. Waqa.  « Les Nauruans savent très bien ce qui arrive à des petits pays vulnérables quand les grands pays n’arrivent pas à répondre à leurs problèmes de manière responsable ».


Source

Déclaration

Vidéo

Français

Audio

Arabe | Téléchargement

Chinese | Téléchargement

Anglais | Téléchargement

Français | Téléchargement

Russe | Téléchargement

Espagnol | Téléchargement

Original language | Téléchargement

Sessions précédentes