Déclaration
    Indonésie
    Son Excellence
    Muhammad Jusuf Kalla
    Vice-président
    Kaltura
    Video player cover image

    Résumé

    M. MUHAMMAD JUSUF KALLA, Vice-Président de l’Indonésie, a déclaré que l’Onu avait été créée au moment où son pays accédait à l’indépendance, il y a 70 ans.  Avec 2 700 soldats de la paix, l’Indonésie, s’est-il félicité, se targue d’être le onzième contributeur aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies.  L’un des succès de l’ONU, a-t-il noté, a été remporté dans le domaine du maintien de la paix.  Il a néanmoins regretté le fait qu’il y ait toujours de nombreux conflits à travers le monde, citant ainsi la question de Palestine ou les crises en Libye, au Yémen et en Syrie.  Pour ce dernier cas, il a dénoncé la destruction par Daech de vestiges d’une grande civilisation qui font partie du patrimoine commun de l’humanité.

    Il a également dénoncé le terrorisme qui sévit à travers le monde, en rappelant que l’Indonésie avait toujours apporté sa contribution à la lutte contre ce fléau.  L’Indonésie est prête à apporter son appui aux efforts visant à régler pacifiquement les conflits, a assuré le Vice-Président.  M. Kalla a ainsi rappelé qu’en août dernier, son pays avait commémoré le dixième anniversaire de la signature des Accords d’Helsinki entre le Gouvernement indonésien et les séparatistes du Mouvement de libération d’Atje (GAM), qui avaient mis fin à plus de 30 années de guerre civile.   La communauté internationale doit déployer davantage d’efforts en matière de désarmement, notamment le désarmement nucléaire, et prendre des mesures vigoureuses pour lutter contre le terrorisme et le trafic illégal des armes légères et de petit calibre.

    M. Kalla a par ailleurs regretté le fait que les « nations riches », représentant à peine 20% de la population mondiale, consomment 70% des ressources de la planète.  Il a aussi déploré le peu de progrès en matière de lutte contre les changements climatiques, 20 ans après la première Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP1).  Il a également fait part de sa déception face au peu d’avancées en vue de conclure le Cycle de négociations de Doha pour le développement.  Le Vice-Président de l’Indonésie a estimé que la cause de ces nombreux blocages et défis résulte des faibles progrès dans la réforme de l’ONU, convaincu que les organisations régionales telles que l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) devraient jouer un rôle accru pour compléter les efforts de l’ONU.  Il a plaidé pour une ONU plus inclusive et reflétant mieux les nouvelles réalités géopolitiques.  Il a également appelé l’ONU à œuvrer davantage en coopération avec les organisations régionales, afin de mieux gérer les crises régionales.  Il a en outre plaidé pour le renforcement de la coopération Sud-Sud, avant d’annoncer que l’Indonésie entendait créer le Centre afro-asiatique visant à revitaliser le partenariat entre les deux continents.

    Source :
    http://www.un.org/press/fr/2015/ag11700.doc.htm

    Déclaration complète

    Lire la déclaration complète, en PDF.

    Déclaration en anglais

    Audio

    Écouter et télécharger la déclaration complète au format mp3.

    Chargement du lecteur en cours...

    Photo

    Portrait de (titres de civilité + nom) Son Excellence Muhammad Jusuf Kalla (Vice-président), Indonésie
    Photo ONU

    Sessions antérieures

    Accéder aux déclarations faites lors des débats généraux des années passées.

    ---------------

    Droit de réponse (3 Octobre 2015)

    Première Déclaration:

    La représentante de l’Indonésie a réagi aux propos des délégations des Tonga et des Îles Salomon, en rejetant les allégations sur de prétendues violations des droits de l’homme en Papouasie occidentale.  Tenant à rétablir les faits, elle a rappelé que la Constitution et la législation indonésiennes offrent toutes les garanties de protection des droits.  En tant que quatrième plus grande démocratie au monde, l’Indonésie a mis en place des mécanismes solides et travaille avec une société civile dynamique qui suit avec attention les problèmes des droits de l’homme qui surgissent dans le pays.  L’Indonésie est aussi très engagée aux niveaux régional et international, s’agissant notamment du renforcement des capacités.  La représentante a dénoncé les motivations politiques des Tonga et des Îles Salomon et affirmé que son pays accorde une grande importance aux relations avec les peuples des îles du Pacifique et cherche à s’en rapprocher au nom de la paix et de la sécurité régionales.

    Source: GA/11