Liban

S.E. M. Tammam Salam, Président du Conseil

26 septembre 2014 (69e session)

Lebanon
Statement Summary: 

M. TAMMAM SALAM, Président du Conseil des ministres du Liban, a rappelé que le mois dernier des soldats et officiers de police libanais avaient été kidnappés par des terroristes qui s’en sont servis pour faire pression sur les autorités.  « Ils ont exécuté trois de leurs détenus de manière monstrueuse », a-t-il dit, précisant que ces crimes avaient entravé les négociations indirectes conduites par le Gouvernement libanais avec l’aide de pays amis.  « Nous ne céderons jamais à de telles pressions. »

Soulignant la nécessité d’une coopération régionale et internationale dans le combat contre le terrorisme, M. Salam a appelé « les amis et frères » de son pays à protéger le Liban des luttes de pouvoir régionales.  Il a ensuite déclaré que son pays suivait les travaux du Tribunal spécial pour le Liban et s’attendait à ce que la vérité éclate et que la justice soit appliquée.

Condamnant fermement les attaques perpétrées contre les communautés chrétienne et yazidie en Iraq, M. Salam a indiqué que son pays considérait que toute agression contre une personne du fait de sa religion constituait une offense faite à la dignité humaine.  « Le Liban est fier d’être le seul pays du monde arabo-musulman à avoir pour Président un chrétien, confirmant ainsi que, malgré les crises politiques, notre pays demeure un parangon de la diversité au Moyen-Orient », s’est-il félicité.  M. Salam a réitéré l’appel du Gouvernement libanais pour qu’un nouveau président chrétien soit élu le plus rapidement possible.

Pour illustrer l’ampleur de la situation à laquelle doit faire face le Liban avec la présence sur son sol d’un demi-million de personnes syriennes déplacées, soit un tiers de la population libanaise, il a indiqué que cela équivalait à l’afflux de 100 millions de réfugiés aux États-Unis.  Relevant le poids considérable que ce grand nombre de personnes déplacées réfugiées au Liban représente pour son pays, M. Salam a demandé à la communauté internationale de partager avec le Liban cet « énorme fardeau ».

M. Salam a ensuite réitéré sa préoccupation concernant l’unité et l’intégrité territoriale de la Syrie, avant de rappeler la politique de dissociation suivie par le Liban pour se protéger des conséquences des crises régionales.  M. Salam a également exhorté la communauté internationale à faire en sorte qu’Israël mette fin aux violations qu’il commet contre la souveraineté libanaise, coopère pleinement avec la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) et se retire de la zone située au nord de Ghajar, des fermes de Shebaa, et des collines de Kfarshouba.  Il a ajouté qu’Israël avait saboté les efforts menés en vue d’un règlement pacifique au Moyen-Orient, qui aurait pour base la solution de créer deux États.

Le Levant semble aujourd’hui pris en otage par l’ignorance, l’extrémisme et l’obscurantisme, a reconnu M. Salam, avant de rappeler que cette région troublée était peuplée de gens ordinaires désireux de vivre libres et égaux au sein de pays libres et stables.  « L’humanité a une dette envers notre Levant, qui donna ses Lumières aux hommes lorsque les ténèbres, l’extrémisme et l’ignorance consumaient l’autre moitié du monde », a-t-il ajouté.  « Le monde doit cesser de compter nos morts et se montrer à la hauteur de ses obligations en cherchant à instaurer la paix dans cette région tourmentée du monde », a conclu M. Salam.
 


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes