Kenya

S.E. M. Uhuru Kenyatta, Président

24 septembre 2014 (69e session)

Kenya
Statement Summary: 

M. UHURU KENYATTA, Président du Kenya, a indiqué qu’au début du mois, son pays avait versé un million de dollars à la lutte contre la maladie à virus Ebola et que la semaine dernière, les ministres de la santé de l’Afrique de l’Est étaient venus à Nairobi pour définir les mesures à prendre pour que le virus ne se propage pas dans la région.  Il a affirmé que la suspension des vols aériens, y compris ceux de Kenya Airways, vers les capitales affectées, avait été décidée après les avertissements de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).  Il a reconnu que de telles mesures avaient isolé les pays touchés et porté atteinte à leur économie.  Notre intention n’était pas de faire du mal, a-t-il ajouté, mais en tant que plateforme régionale, les avertissements de l’OMS ne nous ont pas laissé beaucoup d’options.  Le Président Kenyatta a annoncé que les vols de Kenya Airways reprendront dès que des mesures « appropriées » seront mises en place.  Rien n’exige une action aussi urgente et déterminée de la part de la communauté internationale que la lutte contre ce virus « dévastateur ».  La crise Ebola souligne l’impératif de bâtir des États solides, capables de faire face aux crises et de répondre aux situations d’urgence, a ajouté le Président.

M. Kenyatta a réclamé un programme de développement pour l’après-2015 capable de prendre en compte l’interconnexion entre les défis sociaux, économiques et environnementaux de ce siècle.  Ce programme, a-t-il précisé, doit être universel, global et réceptif à chaque pays afin d’être véritablement transformateur.  Le Président a toutefois indiqué qu’un certain nombre de défis y font obstacle, notamment le terrorisme et l’extrémisme violent.  Nation aux premières lignes de la lutte régionale et internationale contre la terreur, le Kenya est conscient du fait que l’interconnexion entre démocratie et lutte contre le terrorisme présente de grands défis pour la sécurité et les institutions publiques.  Le Président a rappelé que les terroristes exploitent l’élargissement de l’espace démocratique, exerçant parfois une influence sur les politiciens locaux.  À moins d’établir un tampon efficace contre cette tendance, a-t-il averti, le Kenya aura du mal à concrétiser la démocratie et le programme de développement pour l’après-2015.

M. Kenyatta s’est inquiété de la fragilité de la Corne de l’Afrique.  En Somalie, a-t-il indiqué, le Kenya continue de sacrifier des vies et des ressources pour ramener la paix et nous agissons, confiants que la communauté internationale maintiendra son cap.  Le Président s’est alarmé du peu de progrès réalisés au Soudan du Sud.  Nous ne pouvons pas laisser tomber cette jeune nation et son peuple, a-t-il plaidé, et aucune nation n’a autant souffert des négligences de la communauté internationale que celle-là.  Il a appelé les dirigeants sud-soudanais à faire preuve d’un leadership « déterminé et éclairé » afin de parvenir à la paix sans plus de délais.

Revenant au programme de développement pour l’après-2015, M. Kenyatta a voulu que celui-ci épouse le principe de la « responsabilité première des pays en développement », sans quoi le programme serait voué à l’échec, a-t-il averti.  Il a estimé que l’agenda post-2015 doit s’attaquer en premier lieu à la pauvreté, la maladie et la faim et a voulu qu’il soit entièrement financé dès son entrée en vigueur.

Au cours de son intervention, le Président a parlé des politiques sociales lancées par son gouvernement.  Il a évoqué la Campagne « Beyond Zero » qui a été lancé par la Première Dame du Kenya pour renforcer la gestion des maladies chroniques évitables, dont le VIH/sida, et pour améliorer la santé maternelle et infantile.  Un programme de transfert de fonds à l’intention des orphelins, des enfants vulnérables, des personnes gravement handicapées et des personnes âgées cible 450 000 ménages à travers le Kenya.  Le Président a aussi fait part de l’attachement de son pays à la protection de la faune et de la flore et a indiqué que le Kenya œuvre toujours pour reconstituer le couvert forestier sur 10% de son territoire.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes