Pakistan

S.E. M. Muhammad Nawaz Sharif, Premier Ministre

27 septembre 2013 (68e session)

Statement Summary: 

M. MUHAMMAD NAWAZ SHARIF, Premier Ministre du Pakistan, a indiqué que le Pakistan a maintenant « un parlement solide, un système judiciaire indépendant, une presse libre et une société civile vibrante ».  Il a ajouté que la bonne gouvernance devrait consolider la démocratie, et il a indiqué que son Gouvernement place le peuple au centre de ses préoccupations.  Les Nations Unies ont besoin de réforme, a-t-il déclaré, tout en précisant que cette réforme devrait refléter les intérêts de tous et non ceux d’un groupe restreint d’États.  Il a poursuivi son intervention en proposant que la composition du Conseil de sécurité soit plus représentative, démocratique et équitable, tout en travaillant plus efficacement, de manière transparente, et en respectant le principe de reddition des comptes.  Il a également souhaité la restauration du rôle et la revitalisation de l’Assemblée générale.

Le Premier Ministre pakistanais a, en outre, invité les Nations Unies à rester attentives à la question du Jammu et Cachemire, et à la réalisation du droit à l’autodétermination de leurs populations.  Il a souhaité que la communauté internationale laisse le choix au Cachemire de décider de son avenir de manière pacifique, et en accord avec les résolutions du Conseil de sécurité.  Il a rappelé, sur ce sujet, que les questions concernant les régions de Jammu et Cachemire ont été présentées au Conseil de sécurité en 1948, et demeurent sans solution depuis près 70 ans.  M. Sharif a rappelé également qu’après son entrée en fonction récente, il a reçu les félicitations du Premier Ministre de l’Inde, M. Manmohan Singh, à qui il a dans le même temps transmis une invitation pour des pourparlers sur les questions d’intérêt commun entre les deux pays.  Nos deux pays ont dilapidé d’énormes ressources dans la course aux armements, a-t-il regretté.  Nous aurions pu utiliser ces ressources pour le développement économique de nos peuples, a-t-il ajouté.  Le Pakistan et l’Inde peuvent prospérer ensemble, et toute la région va bénéficier de notre coopération, a noté le Premier Ministre.  Il a ensuite relevé que le Pakistan est prêt à reprendre les discussions de fond avec l’Inde.  Il a annoncé qu’il devrait rencontrer le Premier Ministre indien à New York, et qu’ils pourraient baser leurs échanges sur les Accords de Lahore, signés en 1999 au Pakistan, et qui comprennent une feuille de route pour la résolution des divers contentieux entre les deux pays voisins. 

 

Le Premier Ministre a par la suite rappelé qu’il avait reçu le Président afghan le mois dernier, et il a souligné que le peuple afghan devrait rester maître de son destin.  Il a aussi dit soutenir un processus de paix inclusif, mené par les Afghans, et visant la réconciliation nationale.  Il a rappelé que le Pakistan n’envisage pas de s’immiscer dans les affaires internes afghanes, et a promis que le Pakistan allait travailler en bonne intelligence avec l’Afghanistan dans le cadre de la coopération économique régionale, en vue d’établir et renforcer le commerce régional et des échanges dans les secteurs de l’énergie et des communications.  Il a aussi rappelé que le soutien du Pakistan vis-à-vis de l’Afghanistan se manifeste par l’accueil et l’hébergement, depuis des décennies, de refugiés afghans. 

M. Sharif a par ailleurs dit son souhait de voir la Palestine devenir un État Membre à part entière des Nations Unies.  Il a aussi souhaité voir la résolution du conflit israélo-palestinien, avec l’indépendance de la Palestine, dans le respect des frontières qui prévalaient avant 1967 et avec Al Quds Al Sharif comme capitale.  Il a poursuivi son intervention en invitant les groupes rebelles syriens et le Gouvernement de la Syrie à engager des négociations à Genève afin d’aller vers la réconciliation et une transition politique.  Il a relevé qu’en tant qu’État partie à la Convention sur les armes chimiques, le Pakistan  était opposé à l’usage de ces armes.  Il a en outre salué l’accord intervenu entre la Fédération de Russie et les États-Unis afin de sécuriser et détruire les armes chimiques syriennes.  Il a indiqué que la reconnaissance des documents relatifs à la Conférence de Genève I sur la Syrie, et l’arrêt de dates pour la tenue de Genève II, seraient un grand pas vers la résolution de la crise syrienne.

 

Le Premier Ministre a par la suite souligné qu’en tant que puissance nucléaire responsable, le Pakistan allait poursuivre ses objectifs de désarmement et de non-prolifération, tout en restant sensible au développement des dynamiques sécuritaires en cours en Asie du Sud, et en tenant compte des intérêts sécuritaires du pays.  Il a par la suite condamné les actes terroristes, précisant au passage que le Pakistan en a souffert et continue d’en être victime.  Nous avons perdu 40 000 vies, parmi lesquels 8 000 personnels de défense et de sécurité, a-t-il rappelé.  Nous sommes résolus à nous opposer aux forces du terrorisme, a déclaré M. Sharif.  Il a noté tout de même que la guerre contre le terrorisme devrait être menée dans le cadre du droit international.  Il a décrié l’usage des drones dans les zones frontalières du Pakistan qui se font, a-t-il mentionné, en violation de l’intégrité territoriale du Pakistan.  Il a déploré les victimes innocentes et civiles qui en découlaient, et a dit avoir invité les États-Unis à mettre fin à ces frappes.  Le Premier Ministre a ensuite souligné que le terrorisme n’a pas de frontière, ni de religion.  Il a ainsi prévenu que confondre un peuple ou une religion et les assimiler au terrorisme étaient injustes et mal avisés.  L’Islam est une religion de paix, de compassion et de fraternité, a-t-il affirmé.  Il a dénoncé également le fait de discriminer les musulmans en les confondant aux terroristes, et il a mis en garde les Nations Unies contre un choc de civilisations.  Il s’est en outre dit attristé par les attaques menées contre une minorité religieuse dans la province de Peshawar au Pakistan.

M. Sharif a en outre relevé que le Pakistan est l’un des plus grands contributeurs de troupes aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, avec 150 000 soldats de la paix mobilisés par le pays depuis 1960, parmi lesquels 135 ont perdu la vie.  Sur le plan économique, il a signifié l’intention du Pakistan de devenir un marché émergent, tout en précisant que le pays ne demandait pas davantage d’aide de la communauté internationale, mais plutôt des facilités dans les secteurs du commerce, de l’accès aux marchés, des investissements, et des partenariats économiques solides.  Parmi les mesures devant contribuer à cette émergence de l’économie pakistanaise, le Premier Ministre a évoqué l’amélioration de l’éducation, des soins de santé, et la participation des femmes au développement national.  Dans un autre cadre, il a rappelé que le Pakistan est exposé à de nombreuses catastrophes naturelles, et a annoncé la mise en place d’une politique nationale de réduction des risques de catastrophes pour les dix prochaines années.


Source

Droit de réponse (30 Septembre 2013)

Exerçant à son tour son droit de réponse, le représentant du Pakistan s’est dit consterné par la déclaration « acrimonieuse » de la Première Ministre du Bangladesh lors du débat général, en dépit des liens historiques entre les peuples des deux pays.  « La déclaration était fondée, a-t-il dit, sur des faits qui n’ont pas d’importance au regard des relations qui existent entre les deux pays. »

Source: GA/11431

Déclaration

Vidéo


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Makhdoom Shah Mahmood Qureshi
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Shahid Khaqan Abbasi
    Premier Ministre
  • S.E. M. Muhammad Nawaz Sharif
    Premier Ministre
  • S.E. M. Muhammad Nawaz Sharif
    Premier Ministre
  • S.E. M. Muhammad Nawaz Sharif
    Premier Ministre
  • S.E. M. Asif Ali Zardari
    Président
  • S.E. Mme Hina Rabbani Khar
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Makhdoom Shah Mehmood Qureshi
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Asif Ali Zardari
    Président