Liechtenstein

S.E. Mme Aurelia Frick, Ministre des affaires étrangères

28 septembre 2013 (68e session)

Statement Summary: 

Mme AURELIA FRICK, Ministre des affaires étrangères du Liechtenstein, a estimé que la situation en Syrie avait montré les limites et les faiblesses de notre système multilatéral.  Elle a jugé triste qu’il ait fallu attendre un acte odieux, l’utilisation d’armes chimiques, pour que le Conseil de sécurité passe à l’action.  Elle a demandé de ne pas oublier que les combats se poursuivent au détriment de la population.

Mme Frick a espéré que ces progrès pousseraient le Conseil de sécurité à assumer ses responsabilités en assurant la destruction des stocks d’armes chimiques, en faisant pression sur les parties au conflit pour qu’elles acceptent un cessez-le-feu, en œuvrant en faveur d’une solution politique et en préparant le terrain pour faire jouer la responsabilité pénale. 

La Syrie est notre plus grand échec en termes de responsabilité dans l’histoire récente, a déclaré Mme Frick.  Relevant que des crimes ont été commis des deux côtés, elle a rappelé que la Cour pénale internationale (CPI) avait précisément été créée pour ce genre de crime.  Et c’est précisément ce type de situation qui nous a conduits à donner au Conseil de sécurité la compétence de déférer une situation devant la Cour, a-t-elle ajouté avant de demander au Conseil de prendre des mesures en ce sens.

La CPI a pour mission de poursuivre les responsables des crimes les plus graves en droit international, a rappelé la Ministre.  Précisant qu’il est demandé à la Cour de se concentrer sur les hauts responsables de ces crimes, elle l’a encouragée à ne pas se laisser intimider pour enquêter et poursuivre ceux qui sont à des postes de pouvoir.

La Ministre a aussi rappelé l’importance des amendements de Kampala au Statut de Rome adoptés en 2010 qui pénalisent l’utilisation de poison, de gaz ou autres matières asphyxiantes ou toxiques.  Toutefois, selon elle, l’étape la plus importante franchie avec ces amendements est la définition du crime d’agression.

Elle a ensuite soutenu le principe de la responsabilité de protéger les populations contre les crimes les plus atroces.  À cet égard, elle a lancé un appel aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité pour qu’ils renoncent à leur droit de veto pour ne pas bloquer des mesures visant à faire cesser ce genre de crime.  La Ministre a aussi plaidé en faveur d’une plus grande lutte contre la violence sexuelle dans les conflits.  Elle a enfin demandé que les futurs objectifs de développement durable pour l’après-2015 soient centrés sur les droits de l’homme et le respect de l’état de droit. 


Source

Déclaration

Vidéo


Audio

Langue originale | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères, de la justice et de la culture
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des relations extérieures
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères