Guyana

S.E. M. Donald Rabindranauth Ramotar, Président

26 septembre 2013 (68e session)

Guyana
Statement Summary: 

M. DONALD RABINDRANAUTH RAMOTAR, Président du Guyana, a voulu que l’on renforce les efforts menés en vue d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), notamment dans le domaine de la santé et de l’éducation.  Il a soutenu à cet égard l’initiative « l’Éducation avant tout » lancée par le Secrétaire général.

Nous devons aussi traiter du problème des inégalités qui divise tant les pays pauvres que les pays riches, a-t-il ajouté, des inégalités qui sont la source de troubles sociaux et des conflits.  Il a appelé les Nations Unies à œuvrer en faveur de la réduction de ce fossé et a estimé, à cet égard, que le « nouvel ordre mondial privilégiant l’humain » restait pertinent dans la lutte contre la pauvreté.

Pour l’après-2015, a poursuivi le Président du Guyana, nous devons consolider les acquis et instaurer un environnement international propice à la réalisation des objectifs.  Soulignant que paix et développement sont inséparables, il a souhaité que les efforts se concentrent sur la paix dans le monde.

Il a donc plaidé en faveur d’un dialogue politique entre les parties syriennes.  La communauté internationale a également son rôle à jouer, a-t-il ajouté, se félicitant de l’Accord conclu entre la Fédération de Russie et les États-Unis concernant la destruction des armes chimiques en Syrie.  Il a également espéré un recul des forces terroristes dans ce pays, faisant observer qu’« un terroriste est un terroriste ». 

En ce qui concerne l’Égypte, le Président guyanais a dénoncé le silence des grandes puissances mondiales face au récent coup d’État.  Il a aussi plaidé en faveur d’une solution palestinienne juste, espérant que le peuple palestinien pourrait bientôt vivre en paix dans un État indépendant et viable.  M. Ramotar a aussi demandé de lever les sanctions imposées à Cuba.

Le Président a ensuite indiqué que le nouveau Traité sur le commerce des armes, que le Guyana a ratifié, était très pertinent dans les Caraïbes.  Il a expliqué combien son pays investit dans le développement de son peuple, 30% des dépenses publiques étant consacrées au secteur social.  Cela nous a permis d’atteindre plusieurs OMD avant les délais prévus, notamment en matière d’éducation et de réduction de la pauvreté.  Nous avons aussi amélioré la nutrition, a-t-il ajouté.

Le Président a cependant insisté sur les difficultés auxquelles son pays est confronté, comme les autres pays des Caraïbes qui ont subi les dures conséquences de la crise économique et financière mondiale.  En tant que pays à revenu intermédiaire, on nous refuse des facilités de financement, s’est-il plaint.  Il a demandé de revoir cette position en tenant compte des vulnérabilités particulières de la région où un simple ouragan peut annuler tout le produit intérieur brut (PIB).

M. Ramotar a saisi cette occasion pour dénoncer les effets nuisibles des changements climatiques pour des pays comme le sien.  Il a regretté l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, au lieu de la réduction promise.  Il a salué l’initiative du Secrétaire général de convoquer un sommet sur les changements climatiques.  Il a appelé la communauté internationale à venir en aide aux petits États insulaires en développement avec une « approche sérieuse ».  Il a demandé la création d’un fonds spécial à cet effet et qui soit facilement accessible.


Source

Déclaration

Vidéo


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Sessions précédentes