Canada

S.E. M. John Baird, Ministre des affaires étrangères

30 septembre 2013 (68e session)

Canada
Statement Summary: 

M. JOHN BAIRD, Ministre des affaires étrangères du Canada, a rendu tout d’abord hommage aux victimes du terrorisme partout dans le monde et, en particulier, aux deux Canadiens tués au cours du récent attentat à Nairobi.

Le Canada concentre ses efforts en vue de parvenir à des résultats tangibles pour la famille humaine, a déclaré M. Baird.  « Il est beaucoup plus important d’examiner ce que les Nations Unies réalisent, et non pas la façon dont elles mènent leurs affaires. »  Les milliards de personnes qui ont faim, qui n’ont pas accès à l’eau potable, qui sont des personnes déplacées ou qui ne savent ni lire ni écrire, ne se préoccupent guère de choses comme l’élargissement de la composition du Conseil de sécurité.

« Paix, prospérité et liberté, voilà les conditions que recherchent les communautés humaines », a fait remarquer le Ministre.  Évoquant le sort des plus vulnérables, il a condamné en particulier les violences sexuelles en situation de conflit et les mariages forcés.  En outre, le Premier Ministre du Canada, M. Stephen Harper, dirige un effort mondial, l’« Initiative de Muskoka », afin de réduire la mortalité des femmes et des nouveau-nés et d’améliorer la santé des mères et des enfants dans les pays les plus pauvres.

La violence en Syrie fait partie des crises les plus urgentes, a reconnu ensuite M. Baird.  « Nous n’appuierons jamais un régime brutal et illégitime qui a déchaîné des armes de destruction massive contre sa propre population, et nous ne tolérerons pas non plus que l’on propose l’extrémisme et le terrorisme en alternative à la tyrannie d’Assad », a-t-il affirmé.

La population canadienne a aidé généreusement les plus démunis, a-t-il dit, en précisant que le Canada, deuxième contributeur au monde, a répondu généreusement à l’appel humanitaire en faveur des personnes déplacées et des réfugiés syriens.  Le Canada se joint au reste du monde dans la recherche d’un règlement pacifique au conflit syrien, qui garantisse les droits de toutes les communautés du pays, a indiqué M. Baird.

Il ne faut pas cependant croire que la recherche d’une solution pacifique négociée découle d’une position équivoque ou d’un doute moral, a-t-il fait remarquer, en insistant que l’utilisation d’armes chimiques contre des civils ne laisse place à aucune ambiguïté morale.  Le 30 septembre, a-t-il rappelé, marque un sombre anniversaire du prix d’un pacte avec le diable.  C’est, a-t-il dit, le soixante-quinzième anniversaire des Accords de Munich, marqués par le sacrifice de la liberté de la Tchécoslovaquie pour apaiser le régime nazi.  Comme l’a qualifié le lauréat du prix Nobel de la paix, Elie Wiesel, « la neutralité aide l’oppresseur, jamais la victime.  Le silence encourage le bourreau, jamais l’opprimé.  C’est pourquoi, il nous incombe d’intervenir ».

Le Canada n’est ni neutre ni silencieux sur les crimes commis contre le peuple syrien, tout comme il n’est pas neutre sur le droit d’Israël d’exister et de se défendre, a soutenu le Ministre.  Il s’est dit fermement convaincu que la paix est réalisable et que les Palestiniens et les Israéliens ainsi que leurs voisins peuvent vivre côte à côte, en paix et en sécurité.  Il ainsi salué le leadership du Secrétaire d’État américain dans ce domaine.

Passant aux déclarations récentes de l’Iran, M. Baird a indiqué que son pays jugera le régime iranien « en fonction de ses interventions et de ses résultats ».  Pour le Ministre canadien des affaires étrangères, la communauté internationale doit maintenir des sanctions sévères envers l’Iran « de façon à ce qu’il emprunte une autre voie en matière nucléaire ».

Bordé par trois océans, avec la deuxième masse terrestre la plus grande au monde, le Canada est ouvert sur le monde et favorable à la libéralisation, grâce à laquelle des vies ordinaires s’enrichissent et des sociétés entières deviennent plus fortes, a assuré son Ministre des affaires étrangères.  Cependant, a averti M. Baird, « la quête de la prospérité ne doit jamais se faire aux dépens de notre engagement à l’égard de la liberté ».  Le Canada a ouvert, cette année, un bureau de la liberté de religion.  Que l’enjeu soit la liberté de religion, la liberté sexuelle, la liberté politique ou toute autre forme de liberté, « nous devons nous en mêler dans l’intérêt de la dignité humaine », a-t-il conclu. 


Source

Déclaration

Vidéo


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Marc-André Blanchard
    Président de la délégation
  • S.E. M. Justin Trudeau
    Premier Ministre
  • S.E. M. Justin Trudeau
    Premier Ministre
  • S.E. M. Daniel Jean
    Vice-Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Stephen HARPER
    Premier Ministre
  • S.E. M. John Baird
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. John Baird
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Stephen Harper
    Premier Ministre
  • S.E. M. Lawrence Cannon
    Ministre des affaires étrangères