Vanuatu

S.E. M. Meltek Sato Kilman Livtunvanu, Premier Ministre

28 septembre 2012 (67e session)

S.E. M.Meltek Sato Kilman Livtunvanu

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. MELTEK SATO KILMAN LIVTUNVANU, Premier Ministre de Vanuatu, a lancé un appel aux Nations Unies pour qu’elles continuent à travailler en vue d’une décolonisation complète de tous les territoires non autonomes.  À cet égard, il a plaidé en faveur des peuples autochtones de la Nouvelle-Calédonie et encouragé les parties à achever le processus de négociations visant l’auto-gouvernance.  Le Premier Ministre a également demandé la levée de l’embargo à l’encontre de Cuba.

Rappelant le conflit territorial qui oppose la France à son pays depuis son indépendance il y a 32 ans, il a demandé que l’état de droit ne soit pas utilisé comme moyen coercitif par les grandes puissances.  Les délégations des deux pays se sont rencontrées à Paris en avril dernier pour entamer un dialogue sur cette question, s’est-il cependant réjoui.

Vanuatu est exposé au trafic illicite d’armes, a poursuivi le Premier Ministre, demandant à cet égard que les Nations Unies adoptent une approche plus stricte pour arriver à conclure le traité sur le commerce des armes.

M. Kilman Livtunvanu a ensuite prévenu que Vanuatu a été considéré par le rapport mondial sur le risque de 2011 comme le pays le plus exposé au risque de catastrophes.  Il a demandé aux institutions des Nations Unies de prendre compte de cette vulnérabilité en examinant la capacité du Vanuatu à sortir de la catégorie des pays les moins avancés (PMA).  Il a aussi demandé à l’Assemblée générale d’adopter des résolutions pour garantir aux petits États insulaires en développement sortant de cette catégorie qu’ils continueront à bénéficier d’un traitement préférentiel.

Il a également souligné la différence d’évaluation entre le système des PMA prévu par l’ONU et celui duMillenium Challenge Corporation (MCC) par le biais duquel les États-Unis allouent une aide aux pays à faible revenu.  Vanuatu a bénéficié de cette aide il y a quelques années, ce qui lui a permis de construire deux routes nationales, mais n’a pas pu recevoir cette aide en 2010 car, selon les critères utilisés, le pays était devenu un pays à revenu intermédiaire.  Vanuatu figurait pourtant toujours dans la catégorie des PMA, a-t-il indiqué, soulignant la contradiction entre les critères considérés par les deux systèmes.

En ce qui concerne les changements climatiques, M. Kilman Livtunvanu a parlé de la menace qui persiste pour son pays, qui est un petit État insulaire du Pacifique, notamment l’érosion des côtes, le blanchiment des massifs de corail et l’acidification des eaux de l’océan.  Il a demandé à l’ONU d’encourager une réponse efficace à ce phénomène, notamment par la mise en œuvre rapide de mesures d’adaptation et d’atténuation, ainsi que par le financement et le renforcement des capacités.  Il s’est également élevé contre la pollution des mers et exhorté les États qui ne l’ont pas encore fait à ratifier la Convention de Londres sur la prévention de la pollution des mers résultant de l’immersion de déchets.


Source

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes

  • S.E. M. Charlot Salwai Tabimasmas
    Premier Ministre
  • S.E. M. Charlot Salwai Tabimasmas
    Premier Ministre
  • S.E. M. Meltek Sato Kilman Livtuvanu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Joe Natuman
    Premier Ministre
  • S.E. M. Moana Carcasses Kalosil
    Premier Ministre
  • S.E. M. Meltek Sato Kilman Livtunvanu
    Premier Ministre
  • S.E. M. Edward Natapei
    Premier Ministre
  • S.E. M. Edward Nipake Natapei
    Premier Ministre