Liechtenstein

S.E. Mme Aurelia Frick, Ministre des affaires étrangères

29 septembre 2012 (67e session)

Statement Summary: 

Mme AURELIA FRICK, Ministre des affaires étrangères de la Principauté du Liechtenstein, a noté que la soixante-septième session de l’Assemblée générale se déroule à un moment où des manifestations ont lieu dans le monde arabe contre la sortie d’un film qui a heurté le sentiment religieux des musulmans.  Elle s’est réjouie que le débat de l’Assemblée ait lancé un message fort contre tout propos haineux et contre tout recours à la violence.

S’agissant de la Syrie, elle a rappelé que depuis l’année dernière, des appels ont été lancés pour la fin de la violence dans ce pays, mais en vain.  Le conflit syrien s’est au contraire transformé en guerre civile et le Conseil de sécurité est plus que jamais divisé sur le sujet, a regretté la Ministre.  Elle a aussi dénoncé le peu d’intérêt que les parties accordent à la médiation conduite par le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes.  Toute la région est maintenant en proie à l’instabilité, tandis que les trois piliers des Nations Unies que sont la paix, la sécurité et le développement et les droits de l’homme sont profondément mis en cause, a déploré Mme Frick.

De cette situation, trois leçons peuvent d’ores et déjà être tirées, a indiqué la Ministre.  Premièrement, la situation en Syrie est une préoccupation majeure pour chaque État Membre en raison de la crise humanitaire que connait le pays et la menace à la sécurité et à la paix internationales qui en découle.  À cet égard, l’Assemblée générale doit jouer un rôle plus actif.  Deuxièmement, l’impasse au Conseil de sécurité doit nous amener à voir comment le droit de veto est exercé.  Et troisièmement, la priorité est de mettre fin à la souffrance du peuple syrien, de trouver une solution politique qui garantit la sécurité et la stabilité de la région.

S’agissant de la Cour pénale internationale, il faut maintenant l’appuyer politiquement, a dit la Ministre qui a aussi annoncé qu’elle a lancé cette semaine une initiative d’appui à la CPI au niveau ministériel.  En outre, l’adoption du Statut de Rome a non seulement pu permettre la création d’un tribunal international à La Haye mais elle a aussi créé un système mondial de lutte contre l’impunité qui assigne aux États un rôle très important, a-t-elle remarqué.  La Cour offre également à la communauté internationale, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’opportunité de poursuivre les crimes d’agression, a souligné Mme Frick.

En ce qui concerne les objectifs de développement durable, la Ministre a rappelé qu’ils vont de pair avec le respect de l’état de droit.  Avant de conclure, elle a déclaré que l’ouverture et l’universalité de l’Assemblée générale sont des actifs importants et non pas une faiblesse.  Ainsi, l’Assemblée doit affirmer encore plus son rôle unique et central dans la gouvernance mondiale, y compris en matière économique, a-t-elle estimé.


Source

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes

  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères, de la justice et de la culture
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des relations extérieures
  • S.E. Mme Aurelia Frick
    Ministre des affaires étrangères