Déclaration
    Burkina Faso
    Son Excellence
    Djibrill Ypènè Bassolé
    Ministre des affaires étrangères
    Kaltura
    Video player cover image

    Résumé

    M. DJIBRIL YIPÉNÈ BASSOLÉ, Ministre des affaires étrangères et de la coopération régionale du Burkina Faso, a indiqué que cette année, son pays avait été éprouvé par une crise alimentaire due à une mauvaise pluviométrie causant un déficit céréalier aggravé par un afflux massif de réfugiés venus du Mali, avec leur bétail, à cause de la crise qui prévaut dans ce pays.  Le Gouvernement a pris des mesures pour contenir l’impact négatif de cette situation.  Au plan politique, l’enrôlement biométrique des électeurs qui sera réalisé en décembre de cette année permettra d’organiser des élections législatives et municipales dans la transparence et l’équité.  Sur le plan économique, le Gouvernement a adopté la stratégie de croissance accélérée et de développement durable pour la réalisation de laquelle, le Ministre a sollicité l’appui des partenaires de son pays. 

    Concernant la crise malienne, le Ministre a rappelé que le Président du Burkina Faso, M. Blaise Compaoré, était le médiateur de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour tenter de la résoudre, par le dialogue, en concentrant ses efforts sur le retour à l’ordre constitutionnel normal et à la mise en place d’organes de transition stables acceptés par les Maliens et reconnus par la communauté internationale, en vue de mettre en œuvre la feuille de route contenue dans l’Accord-cadre du 6 avril 2012, axée sur la gestion de la crise au nord du Mali et l’organisation des élections.

    Le Ministre a aussi déclaré que le Burkina Faso œuvrait pour la réunification du Mali et à l’instauration d’une paix stable et durable dans le pays qui nécessite une approche globale combinant le dialogue politique et l’usage de la force essentiellement destiné à neutraliser les groupes extrémistes terroristes à vocation transnationale.  M. Bassolé a lancé un appel aux mouvements armés maliens pour qu’ils renoncent au recours systématique aux armes et les a exhortés à respecter les libertés fondamentales de leurs concitoyens et à se démarquer des mouvements extrémistes et terroristes.

    Au sujet du Darfour et de la Guinée-Bissau, le Ministre a assuré que le Burkina Faso contribuait aux opérations de maintien de la paix qui y sont déployées, afin d’œuvrer pour la paix et la sécurité sur le continent africain.  S’agissant du Sahara occidental, le Ministre s’est dit d’avis que « l’initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie de la région du Sahara » pourrait être une voie appropriée pour le règlement de ce différend.  En outre, le Ministre a noté « avec grande satisfaction le climat apaisé qui règne actuellement dans les relations entre la République de Chine Taiwan et la République populaire de Chine ».  Ceci milite en faveur de l’octroi, à la République de Chine, la place qui est la sienne dans le concert des nations, y compris sa participation effective aux activités d’organisations comme l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, a-t-il dit.  

    Source :
    http://www.un.org/press/fr/2012/AG11296.doc.htm

    Déclaration complète

    Lire la déclaration complète, en PDF.

    Déclaration en français

    Photo

    Portrait de (titres de civilité + nom) Son Excellence Djibrill Ypènè Bassolé (Ministre des affaires étrangères), Burkina Faso
    Photo ONU

    Sessions antérieures

    Accéder aux déclarations faites lors des débats généraux des années passées.