Algérie

S.E. M. Mourad Medelci, Ministre des affaires étrangères

29 septembre 2012 (67e session)

Algeria
Statement Summary: 

M. MOURAD MEDELCI, Ministre des affaires étrangères de l’Algérie, a souligné que le ralentissement de l’économie mondiale affectait de nombreux pays, dont les pays développés, avant d’inviter à déployer des efforts pour éviter que cette situation ne s’étende à d’autres régions du monde, en particulier l’Afrique.  Il a également demandé aux Nations Unies et aux institutions de Bretton Woods d’agir de manière concertée.  En Algérie, a poursuivi le Ministre, la gestion rigoureuse des dépenses a permis de dégager un excédent fiscal qui a été consacré à la promotion sociale.  Au plan régional, le pays apporte sa contribution au processus démocratique, à l’état de droit et au développement, a-t-il indiqué.  L’Algérie partage également son expérience avec les pays de la région en matière de lutte contre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée, le trafic de drogues et celui des armes.

 

L’Algérie salue les récents changements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient voulus par les peuples en quête d’idéal démocratique, de justice et de dignité, a poursuivi le Ministre algérien des affaires étrangères, en réaffirmant que ce sont les principes fondateurs de la Révolution algérienne.  M. Medelci a soutenu le dialogue et la négociation pour régler les différends.  Le Ministre a plaidé pour que le peuple du Sahara occidental exerce son droit à l’autodétermination et il a, à ce titre, exhorté le Maroc et le Front Polisario à s’engager de bonne foi dans des pourparlers formels, sous l’égide des Nations Unies.  L’Algérie, qui fait partie du Comité de la Ligue des États arabes chargé du suivi de la crise syrienne, a soutenu l’ancien Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes, M. Kofi Annan, et fera de même pour son successeur, M. Lakhdar Brahimi, a assuré le Ministre.  En ce qui concerne le Mali, dont la crise menace sérieusement la sécurité des pays du Sahel, il a indiqué que son pays œuvrait, en concertation avec l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, à une solution pacifique et durable.

 

Venant à la question de la réforme du Conseil de sécurité, M. Medelci a demandé que les méthodes de fonctionnement de cet organe soient réexaminées et que sa composition soit élargie à de nouveaux membres permanents et non permanents du monde en développement, en particulier de l’Afrique.  Le Ministre algérien a également parlé de la stigmatisation de l’Islam et des musulmans, qui, a-t-il dit, heurte les droits de l’homme et menace la coexistence pacifique entre les peuples.  C’est pourquoi, il a proposé le lancement d’une initiative, sous l’égide de l’ONU, chargée d’identifier les moyens de prévenir et de riposter pour enrayer ce phénomène.  Enfin, il a estimé que le temps était venu pour que la Palestine soit pleinement représentée au sein de l’ONU.  Il a aussi plaidé en faveur de l’instauration d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient.


Source

Déclaration

Vidéo

Sessions précédentes

  • S.E. M. Abdelkader Messahel
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Abdelkader Messahel
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ramtane Lamamra
    Vice-Premier Ministre
  • S.E. M. Ramtane Lamamra
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ramtane Lamamra
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ramtane Lamamra
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Mourad Medelci
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Mourad Medelci
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Abdelaziz Bouteflika
    Président