Trinité-et-Tobago

S.E. M. Surujrattan Rambachan, Ministre des affaires étrangères

26 septembre 2011 (66e session)

Statement Summary: 

M. SURUJRATTAN RAMBACHAN, Ministre des affaires étrangères et de la communication de Trinité-et-Tobago, a rappelé que, depuis 1945, en dépit des conflits qui ont souvent failli éroder les gains acquis, l’ONU a connu des succès en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales.  Au moment où se réunit cette Assemblée, a-t-il ensuite souligné, partout dans le monde, les peuples sont en quête de participer directement à la bonne gouvernance de leurs sociétés.  Cette quête tient, notamment, au fait que certains dirigeants sont peu démocratiques ou que les peuples aspirant à la démocratie ne se contentent plus de fausses promesses.  Les développements actuels au Moyen-Orient et en Afrique du Nord révèlent une dissonance entre les peuples et les régimes qui violent les droits fondamentaux et la démocratie, a-t-il estimé.  Politiquement, a soutenu le Ministre, « l’âge du totalitarisme et des dirigeants antidémocratiques est révolu ».  Devant cette nouvelle réalité, le monde, a-t-il ajouté, doit dorénavant, et plus que jamais, allouer ses ressources de façon plus équitable, plus éthique, durablement et dans la transparence.  M. Rambachan a d’autre part estimé que la promotion de la justice était indispensable au maintien de la paix et de la sécurité dans le monde.  Cette reconnaissance du rôle de la justice est d’ailleurs conforme à l’attachement de Trinité-et-Tobago aux travaux de la Cour pénale internationale.  « Mon pays, a-t-il ajouté, a toujours défendu l’usage de moyens pacifiques pour résoudre les conflits relatifs aux frontières.  À l’appui de son propos, il a rappelé qu’en 1970, Trinité-et-Tobago avait facilité la conclusion du Protocole de Port of Spain, signé entre la Guyana et le Venezuela, valable pendant 12 ans, au sujet de leur conflit frontalier.  Le Ministre a poursuivi en appuyant la demande d’admission de la Palestine à l’ONU en tant que État Membre.  La Palestine et Israël devraient vivre côte à côte, à l’intérieur de frontières sûres.  L’ONU doit continuer à user de son pouvoir et travailler avec les pays de la Ligue des États arabes ainsi qu’avec les autres entités, afin de résoudre ce conflit entre Israéliens et Palestiniens qui dure depuis des décennies et d’instaurer une paix durable dans la région.  Avant de conclure, il a appelé à la participation active des femmes dans les processus de prévention et de règlement des conflits. 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Denis Moses
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Dennis Moses
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Denis Moses
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Denis Moses
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Kamla Persad-Bissessar
    Premier Ministre
  • S.E. Mme Kamla Persad-Bissessar
    Premier Ministre
  • S.E. M. Winston Dookeran
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Kamla Persad-Bissessar
    Premier Ministre
  • S.E. M. Patrick Manning
    Premier Ministre