Togo

S.E. M. Gilbert Fossoun Houngbo, Premier Ministre

24 septembre 2011 (66e session)

Statement Summary: 

Aujourd’hui plus que jamais, les défis de notre planète appellent à une approche plus solidaire, a déclaré M. GILBERT FOSSOUN HOUNGBO, Premier Ministre du Togo, assurant que son pays avait fait du renforcement de la cohésion nationale, de la bonne gouvernance, de la dynamisation des leviers de la croissance économique et de la lutte contre l’injustice sociale, son cheval de bataille.  Dans sa volonté de consolider les acquis démocratiques, le Togo s’attèle à la mise en œuvre des recommandations de la Mission électorale de l’Union européenne avant la tenue d’élections locales et législatives en 2012, et son Gouvernement a renoué le dialogue avec l’ensemble des acteurs politiques et sociaux, a-t-il affirmé, alors que la Commission vérité, justice et réconciliation en est à la phase cruciale des audiences publiques.  De plus, le pays vient de transmettre au Conseil des droits de l’homme, à Genève, son rapport national dans le cadre de l’examen périodique prévu en octobre.  Dans le domaine de la gouvernance économique, les réformes pour une gestion plus saine des finances publiques ont été poursuivies, atteignant le point d’achèvement de l’Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE), ce qui a permis au Togo de bénéficier d’une annulation de sa dette à hauteur d’1,8 milliard de dollars. 

Malgré tout, le Premier Ministre a rappelé que l’Afrique était de nouveau menacée par une famine telle qu’elle n’en avait plus connu depuis une vingtaine d’années, et demandé des mesures urgentes pour éviter une tragédie humaine à grande échelle.  Il a jugé réconfortants les progrès réalisés dans le règlement de certains conflits, en particulier en Côte d’Ivoire et au Soudan du Sud, et a appelé à soutenir les mouvements de manifestations et de soulèvements qui ont lieu actuellement dans le monde, non seulement pour un aboutissement heureux des attentes légitimes des peuples, mais aussi pour éviter tout risque de dérive.  Au Moyen-Orient, les parties au conflit israélo-palestinien et la communauté internationale doivent continuer à chercher une solution politique, a-t-il estimé.  Au moment où la région ouest-africaine connaît un regain de violence dû au trafic de drogues et au terrorisme ambiant, l’on ne saurait admettre que nos côtes soient prises en otage par des pirates, comme ce fut le cas récemment au large du Bénin et du Togo, a poursuivi M. Houngbo.  Il a appelé les Nations Unies à repenser leur rôle dans le domaine de la sécurité et du développement économique et social, et à engager les réformes nécessaires en son sein pour corriger, notamment, les injustices « flagrantes et inacceptables » prévalant au Conseil de sécurité.  Le Togo est par ailleurs candidat à un siège de membre non permanent au Conseil pour la période 2012-2013.  Contrairement à la pratique observée jusqu’ici au niveau de l’Afrique, trois candidats sont en lice pour deux postes, a-t-il déploré, souhaitant une représentation équilibrée de toutes les régions de l’Afrique au Conseil et rappelant l’engagement du Togo dans les missions en Côte d’Ivoire, au Soudan et au Soudan du Sud.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Robert Dussey
    Ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration régionale
  • S.E. M. Komi Selom Klassou
    Premier Ministre
  • S.E. M. Kokou Kpayedo
    Représentant permanent
  • S.E. M. Faure Essozimna Gnassingbé
    Président
  • S.E. M. Robert Dussey
    Ministre d'État
  • S.E. M. Kodjo Menan
    Représentant permanent auprès de l’ONU
  • S.E. M. Elliot Ohin
    Ministre d'État
  • S.E. M. Gilbert Fossoun Houngbo
    Premier Ministre
  • S.E. M. Kodjo Menan
    Président de la délégation