Suriname

S.E. M. Desiré Delano Bouterse, Président

22 septembre 2011 (66e session)

Statement Summary: 

M. DESIRÉ DELANO BOUTERSE, Président du Suriname, a regretté que certains citoyens de pays en développement vivent dans l’opulence alors que les conditions d’un développement durable ne sont pas encore réunies dans lesdits pays.  S’exprimant au sujet des changements climatiques, il a précisé que 80% de la population de son pays vivait en zone côtière, ces côtes étant pour la plupart situées en dessous du niveau de la mer.  Il a de ce fait invité la communauté internationale à obtenir un accord rapidement lors de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à Durban, en Afrique du Sud (COP 17), afin que l’avenir de son pays ne soit pas compromis. 

Évoquant les ambitions de développement de son pays, le Président a précisé les objectifs majeurs des programmes économiques mis en place, notamment le maintien d’une réelle croissance économique et une redistribution équitable des revenus, le développement du secteur minier et l’investissement dans le capital humain qui, selon ses termes, est la ressource la plus importante.  Il a également reconnu que les conflits armés, le terrorisme et le crime organisé représentaient quelques obstacles sur la route du développement du Suriname.

S’agissant du « rôle de la médiation dans la résolution pacifique des conflits », le Président a estimé que le fait de ne pas appliquer les principes d’équité et de justice dans les relations internationales créait des situations inacceptables et pouvait conduire à l’extrême pauvreté et augmenter la marginalisation.  À propos de la famine qui a cours dans la corne de l’Afrique, le Président s’est demandé si les architectes de la guerre sur le continent africain, sous le prétexte des droits de l’homme, ne pourraient pas plutôt utiliser ces ressources dans le cadre de la lutte contre la faim. 

Au sujet du tremblement de terre ayant eu lieu en Haïti en janvier 2010, il a regretté que la communauté internationale n’eût pas tenu ses engagements pour le soutien du peuple haïtien dans ses efforts de reconstruction.  Le Suriname, a déclaré le Président, réaffirme le droit des populations palestiniennes à l’autodétermination, y compris le droit à un État palestinien indépendant, comme convenu par les Nations Unies en décembre 2010, a-t-il par ailleurs estimé.  À ce sujet, le Président a souligné que son pays avait reconnu l’indépendance de la Palestine et a souhaité qu’elle soit intégrée au sein des Nations Unies.  Il a en outre soutenu que l’embargo contre le peuple de Cuba continuait de plomber le développement du pays.  Il a émis le vœu que l’unité et la justice puissent régner entre toutes les nations.


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. Mme Yldiz Pollack-Beigle
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Yldiz Pollack-Beighle
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Niermala Badrising
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Niermala Badrising
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Winston Lackin
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Winston G. Lackin
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Winston G. Lackin
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Desiré Delano Bouterse
    Président
  • S.E. M. Ramdien Sardjoe
    Vice-président