Singapour

S.E. M. K. Shanmugam, Ministre des affaires étrangères

27 septembre 2011 (66e session)

Statement Summary: 

M. K. SHANMUGAN, Ministre des affaires étrangères de Singapour, a déclaré que les gouvernements du monde devraient relever le défi de relancer la croissance et la création d’emplois, même si la reprise économique était sous la menace d’une crise fiscale et de la dette aux États-Unis et dans les pays de la zone euro.  D’autres sujets d’inquiétude demeurent, a-t-il souligné, notamment la sécurité alimentaire, la disponibilité des ressources énergétiques et en eau, ainsi que la gestion des catastrophes naturelles.  Face à tous ces défis, les Nations Unies doivent jouer un rôle important et refuser le protectionnisme qui continue d’empêcher la conclusion des négociations de Doha, a-t-il dit, en souhaitant que tous les groupes, comme le G-20 ou le G-8, prennent en considération l’intérêt général.  Compte tenu des projections démographiques, répondre aux besoins des populations en eau va devenir de plus en plus difficile, a-t-il noté, et sur ce sujet, les Nations Unies peuvent faire plus pour construire des synergies en matière de technologie, de politique et de capacités.  Singapour a toujours considéré l’eau comme une ressource stratégique et a investi considérablement dans la recherche et les technologies autour de cette ressource.

Le Ministre a estimé que l’efficacité globale des réponses apportées par les Nations Unies devrait être examinée et améliorée.  Il y a, à présent, un décalage entre la prolifération des résolutions sur lesquelles nous débattons année après année, et les réalités actuelles, a-t-il déploré, appelant à une meilleure coordination entre New York et le terrain, sans quoi d’autres groupements moins inclusifs définiront la gouvernance mondiale.  Les Nations Unies doivent donc trouver le moyen de travailler avec certains groupements, comme le Groupe sur la gouvernance mondiale (3G).  M. Shanmugan a réaffirmé qu’elles demeuraient la seule organisation internationale véritablement universelle, sans alternative.  Leur expansion régulière de 51 membres en 1945 à 93 aujourd’hui en témoigne, a-t-il dit.  Le Ministre a toutefois appelé à ne pas considérer cette position unique comme allant de soi: la capacité d’influence des Nations Unies sur les questions mondiales dépend des décisions que leurs États Membres prennent, a-t-il averti.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Vivian Balakrishnan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Vivian Balakrishnan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Vivian Balakrishnan
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. K. Shanmugam
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. K. Shanmugam
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. K. Shanmugam
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. George Yeo
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. George Yeo
    Ministre des affaires étrangères