Namibie

S.E. M. Hifikepunye Pohamba, Président

23 septembre 2011 (66e session)

Statement Summary: 

M. HIFIKEPUNYE POHAMBA, Président de la Namibie, a reconnu la légitimité des aspirations démocratiques qui se sont exprimées dans les pays frères de la Tunisie et de l’Égypte.  Cela ne doit néanmoins pas être le prétexte à des tentatives d’ingérence dans les affaires internes des États, a-t-il poursuivi.  Déplorant que les efforts de l’Union africaine pour une solution négociée en Libye aient été largement ignorés, il a comparé l’action étrangère en Libye à la Conférence de Berlin de 1883-1884, de triste mémoire, qui avait marqué le partage de l’Afrique par les puissances impériales.  Jamais dans l’histoire des Nations Unies, le sacro-saint principe de non-intervention n’a été aussi compromis, a-t-il déclaré.

Le Président de la Namibie a ensuite plaidé pour la tenue d’un référendum impartial au Sahara occidental, avant d’apporter son soutien à la demande d’adhésion aux Nations Unies d’un État palestinien.  Puis, il a souhaité qu’un soutien financier adéquat soit apporté à Madagascar et que la communauté internationale s’implique plus activement dans la mise en œuvre de la Feuille de route.  Soulignant les défis aigus posés par les changements climatiques, notamment en Namibie, il a exhorté les États Membres à faire en sorte que la prochaine session de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques aboutisse à des résultats tangibles.  Enfin, dans le droit fil de la position africaine, M. Pohamba a appelé de ses vœux à une réforme du Conseil de sécurité, afin d’en améliorer la représentativité et la transparence.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes