Allemagne

S.E. M. Guido Westerwelle, Ministre des affaires étrangères

26 septembre 2011 (66e session)

Germany
Statement Summary: 

M. GUIDO WESTERWELLE, Ministre des affaires étrangères de l’Allemagne, a constaté « que rarement la soif de liberté, de dignité et d’autodétermination n’aura joué un rôle aussi prépondérant que cette année ».  La mondialisation qui, jusque là, semblait être confinée au domaine économique, a désormais débordé sur le domaine des valeurs.  En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, des millions de personnes se sont soulevées pour se libérer de décennies d’oppression.  « La route ne sera pas facile.  Les nouveaux gouvernements doivent gagner de la maturité pour pouvoir être stables, et cela prend du temps et de la patience », a fait remarquer M. Westerwelle, en soulignant toutefois que même la route la plus longue commence avec le premier pas.  « Cette année est l’année des pas géants », a-t-il lancé.  Avec la chute du mur de Berlin, il y a 20 ans maintenant, l’Allemagne a elle aussi connu le bonheur d’une révolution pacifique, a rappelé le Ministre.  Fort de cette expérience, son pays voit aujourd’hui un intérêt fondamental dans l’éveil politique de la rive Sud de la Méditerranée et ne ménagera aucun effort en ce sens.  Il a précisé que « chaque pays, chaque société devrait trouver sa propre voie, que ce soit à travers la révolution ou des réformes. »  Dans tous les cas de figure, l’Allemagne veut apporter son soutien et son conseil.  Elle veut contribuer à la mise en place de systèmes judiciaires indépendants, de médias pluralistes et libres et de sociétés civiles vibrantes, sans oublier la consolidation d’un nouvel ordre social et économique dans ces pays.  Ainsi, l’Allemagne vise non seulement des partenariats, mais également à faciliter les échanges commerciaux.  Elle propose des investissements, en particulier dans des petites et moyennes entreprises qui sont « la colonne vertébrale » de toute société ouverte, a précisé le Ministre, qui s’est également attardé sur l’importance de la formation des jeunes dans ces pays. 

Abordant la situation en Syrie, le Ministre allemand des affaires étrangères a estimé que le peuple syrien méritait de recevoir un message clair de solidarité et, dans cet esprit, l’Allemagne continuera à militer pour que le Conseil de sécurité adopte une résolution en ce sens.  « Il en va de la crédibilité de la communauté internationale », a expliqué M. Westerwelle.  Pour ce qui est de la question israélo-palestinienne, il a précisé que l’Allemagne soutenait la solution de deux États et que « cela ne peut être possible que par le biais de négociations ».  À ce titre, son gouvernement appuie la déclaration publiée par le Quatuor, vendredi dernier.  « Il faut éviter la confrontation verbale qui a eu lieu entre les deux parties ici à New York, et qui ne contribue qu’à encourager l’escalade de la violence au Moyen-Orient, a estimé le Ministre, qui a saisi cette occasion pour exhorter les deux parties à reprendre sans plus tarder les négociations directes.  De son côté, la communauté internationale continuera à soutenir cette « route difficile vers la paix », ce qui comprend notamment la Conférence de Moscou.  Passant ensuite à la situation en Afghanistan, M. Westerwelle a rappelé que, le 5 décembre prochain, se tiendra une conférence à Bonn, sous la présidence de l’Afghanistan pour définir la marche à suivre, à commencer par la passation des responsabilités sécuritaires aux autorités afghanes d’ici à 2014, mais également la forme de l’engagement continue de la communauté internationale en Afghanistan au-delà de cette date.  La nouvelle initiative de la « Route de la soie », qui a été lancée à New York, a précisément cette vocation, a expliqué le Ministre.  Le troisième point qu’il a évoqué portait sur le processus de réconciliation interne de l’Afghanistan et sur l’importance de l’appui des pays de la région dans ce contexte.  « L’Allemagne est déterminée à jouer son rôle sur la route vers Bonn », a-t-il assuré, avant de réaffirmer l’engagement indéfectible de son pays dans les domaines de la lutte contre les changements climatiques ainsi que du désarmement et de la non-prolifération qui, a-t-il dit, sont des questions prioritaires dans sa politique étrangère.


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Heiko Maas
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Sigmar Gabriel
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Frank-Walter Steinmeier
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Frank-Walter Steinmeier
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Frank-Walter Steinmeier
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Guido Westerwelle
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Guido Westerwelle
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Guido Westerwelle
    Vice-chancellier
  • S.E. M. Thomas Matussek
    Président