Djibouti

S.E. M. Ismaël Omar Guelleh, Président

23 septembre 2011 (66e session)

Djibouti
Statement Summary: 

M. ISMAËL OMAR GUELLEH, Président de Djibouti, a tout d’abord invité la communauté internationale à accorder une attention particulière à la « situation unique » des pays les moins avancés (PMA), et à les soutenir davantage en allégeant le fardeau croissant de la dette, en les assistant à améliorer leur capacité de production et en leur facilitant l’accès aux marchés mondiaux à des conditions plus favorables.  Commentant la situation qui prévaut dans la corne de l’Afrique et qui touche également son pays, il a affirmé que la crise actuelle n’était pas soudaine et que son pays avait déjà tiré la sonnette d’alarme en 2010 lorsque les premiers signes avant-coureurs avaient fait leur apparition.  Les mesures d’urgence ne sauraient répondre à elle seules aux défis auxquels nous sommes actuellement confrontés, a signalé M. Guelleh.  Il a estimé que compte tenu du caractère endémique des sécheresses dans la région, il fallait aller au-delà de la « gestion réactive ».  « Nos efforts doivent se concentrer sur la gestion préventive à long terme », a-t-il souligné.

Le Président de Djibouti a ensuite évoqué sa visite, le mois dernier, à Mogadiscio où, a-t-il affirmé, « la vie a repris ses droits pour la première fois depuis le début du conflit armé en 1991 ».  Il a estimé que, grâce à la situation sécuritaire maîtrisée dans la capitale, le peuple et les dirigeants de la Somalie avaient devant eux une opportunité « sans précédent » de faire renaître une paix durable, de mettre un terme à « l’interminable » processus de transition et de faire avancer le pays vers une gouvernance permanente « d’ici à l’année prochaine ».  Il a toutefois estimé que la communauté internationale ne devait pas perdre de vue « les faiblesses évidentes » du Gouvernement de transition et qu’elle devait s’efforcer de lui fournir les ressources nécessaires pour renforcer ses capacités.  S’agissant du conflit frontalier qui oppose Djibouti à l’Érythrée, M. Guelleh a signalé que le sort des 19 prisonniers de guerre djiboutiens, dont l’Érythrée « refuse de reconnaître l’existence » était un sujet de grave préoccupation.  Il a expliqué que son gouvernement était convaincu que la médiation était la seule issue pour aboutir à une paix durable, et c’est pourquoi il avait accepté le stationnement de troupes qatariennes à la frontière entre son pays et l’Érythrée.  Le Chef d’État a souligné les vertus du dialogue et de la médiation, estimant que l’exemple le plus récent d’une telle réussite était « sans conteste » la naissance de la nouvelle nation du Soudan du Sud.  Il a ensuite affirmé que l’heure était venue de reconnaître le droit de la Palestine de devenir un État à part entière.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Mahmoud Ali Youssouf
    Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale
  • S.E. M. Mahmoud Ali Youssouf
    Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale
  • S.E. M. Ismaël Omar Guelleh
    Président
  • S.E. M. Mahmoud Ali Youssouf
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Roble Olhaye
    Représentant permanent