Cuba

S.E. M. Bruno Rodríguez Parrilla, Ministre des affaires étrangères

26 septembre 2011 (66e session)

Cuba
Statement Summary: 

M. BRUNO RODRÍGUEZ PARRILLA, Ministre des relations extérieures de Cuba, a critiqué l’intervention de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en Libye, indiquant qu’il « était inacceptable d’assassiner des milliers d’innocents dans le but douteux de protéger d’autres civils ».  Il a ajouté que cette intervention et la menace croissante contre la Syrie étaient des réponses opportunistes et défensives de l’Europe et des États-Unis contre l’effondrement de leur système de domination en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.  Il a émis la crainte que la nouvelle stratégie des États-Unis et de l’OTAN pour « faire changer de régime », telle qu’elle s’est exprimée en Libye, ne s’applique un jour aux pays latino-américains et caribéens qui ne se plient pas à leurs intérêts.  « La périphérie euro-atlantique » s’étend bel et bien au reste de la planète, a-t-il poursuivi.  Face à la crise économique mondiale et à l’épuisement des ressources naturelles de la planète, il a exhorté les pays du Sud à agir de concert et les peuples des Caraïbes et de l’Amérique latine à renforcer toujours davantage leur unité.  Il a ensuite appelé de ses vœux une transformation des Nations Unies en une Organisation qui serve les intérêts de tous les pays, et non de certaines puissances seulement.

Le Ministre cubain des relations extérieures a ensuite souligné l’obligation morale et juridique de l’Assemblée générale d’examiner la demande d’admission d’un État palestinien aux Nations Unies, « avec ou sans recours au Conseil de sécurité, avec ou sans veto américain ».  Il a également reconnu le droit d’Israël à exister.  Il a ensuite exhorté les États-Unis à cesser d’opposer leur veto aux résolutions du Conseil protégeant les civils palestiniens, l’Union européenne devant, quant à elle, dénoncer l’appui financier, les livraisons militaires et l’impunité que les États-Unis garantissent au Gouvernement israélien.  M. Rodriguez a indiqué que l’Administration américaine portait atteinte à la mémoire des victimes du 11 septembre, en maintenant en prison cinq militants antiterroristes cubains, injustement condamnés pour avoir enquêté sur les activités de groupes terroristes qui opéraient contre Cuba à partir du territoire américain.  Il a enfin réitéré la proposition d’entamer un dialogue avec les États-Unis qui viserait à régler des questions bilatérales, le blocus contre Cuba s’intensifiant et causant un préjudice estimé à 975 milliards de dollars.  Il a conclu que Cuba changeait de manière souveraine, afin de rendre son économie plus efficace, améliorer son régime socialiste et « conquérir toute la justice ».


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Miguel Díaz-Canel Bermúdez
    Président du Conseil
  • S.E. M. Bruno Rodríguez Parrilla
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Bruno Eduardo Rodríguez Parrilla
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Raúl Castro Ruz
    Président
  • S.E. M. Bruno Rodríguez Parrilla
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Bruno Rodriguez Parrilla
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Bruno Rodriguez Parrilla
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Bruno Rodríguez Parrilla
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Bruno Rodriguez Parrilla
    Ministre des affaires étrangères