Burkina Faso

S.E. M. Djibrill Ypènè Bassolé, Ministre des affaires étrangères

27 septembre 2011 (66e session)

Burkina Faso
Statement Summary: 

M. DJIBRILL YPÈNÉ BASSOLÉ, Ministre des affaires étrangères et de la coopération régionale du Burkina Faso, s’est engagé à partager avec la communauté internationale l’expérience de son pays en matière de négociation de paix.  Il a souligné le rôle de médiateur de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) que le Président Blaise Compaoré a joué dans la résolution des crises en Côte d’Ivoire et en Guinée.  Il a indiqué ensuite que le Burkina Faso avait été confronté, au début de cette année, à des revendications sociales du fait de la conjoncture économique nationale et internationale difficile.  Les troubles ont heureusement trouvé une solution grâce au dialogue inclusif initié par le Président.  En outre, le Gouvernement burkinabé a mis en place un Conseil consultatif sur les réformes politiques, afin de poursuivre les réformes engagées depuis plusieurs années.  Sur le plan économique et social, en application de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable, le Gouvernement a mis l’accent sur les secteurs suivants: éducation, santé, eau, formation, emploi des jeunes et réseau routier.

Aux niveaux sous-régional et continental, le Burkina Faso continuera de s’investir dans le renforcement du processus d’intégration dans le cadre de la CEDEAO, de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et de l’Union africaine, a poursuivi M. Bassolé.  Préoccupé par les changements climatiques, il a salué, entre autres initiatives, celle de Mme Hillary Clinton, Secrétaire d’État des États-Unis, sur l’Alliance mondiale pour les foyers améliorés.  Il s’est également félicité de la Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur la lutte contre la désertification, ainsi que de la signature par plusieurs pays, dont le sien, du Protocole de Nagoya sur la diversité biologique.  Par ailleurs, il a dit attendre de l’entité ONU-Femmes un soutien renforcé aux politiques de promotion de la femme dans les pays en voie de développement.  Lors de la présente session de l’Assemblée générale, « le Groupe des États d’Afrique introduira un projet de résolution visant à interdire, au niveau mondial, les mutilations génitales féminines ».

Le Ministre burkinabé des affaires étrangères a fait remarquer que son pays participait à la force conjointe Union africaine/Nations Unies au Darfour avec un contingent de 800 hommes.  Il a convié toutes les parties au conflit à consolider le Document de Doha pour la paix au Darfour, signé en juillet dernier par le Gouvernement soudanais et le Mouvement pour la libération et la justice.  Dans le cadre du comité de suivi, le Burkina Faso continuera à travailler pour la paix.  Enfin, M. Bassolé a exprimé sa solidarité avec la Tunisie, l’Égypte et la Libye dans leur quête de liberté et de démocratie.  Il a également soutenu la demande d’adhésion de la Palestine à l’ONU en tant qu’État Membre.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Alpha Barry
    Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale
  • S.E. M. Roch Marc Christian Kaboré
    Président
  • S.E. M. Roch Marc Christian Kaboré
    Président
  • S.E. M. Michel Kafando
    Président de la transition
  • S.E. M. Djibrill Ypènè Bassolé
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Blaise Compaoré
    Président
  • S.E. M. Djibrill Ypènè Bassolé
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Michel Kafando
    Représentant permanent
  • S.E. M. Blaise Compaoré
    Président