Bulgarie

S.E. M. Nickolay Mladenov, Ministre des affaires étrangères

23 septembre 2011 (66e session)

Bulgaria
Statement Summary: 

M. NICKOLAY MLADENOV, Ministre des affaires étrangères de la Bulgarie, est revenu sur des thématiques abordées au cours des débats de ces derniers jours au Siège des Nations Unies.  Il a notamment évoqué les maladies non transmissibles qui, a-t-il révélé, sont les plus grandes causes de décès en Bulgarie.  Il est également revenu sur la sécurité nucléaire en rappelant que des accidents nucléaires ont des effets transfrontaliers, et de ce fait, un consensus international doit être trouvé afin d’assurer la sécurité des populations.  Il a aussi prôné le désarmement nucléaire et a invité l’Iran à coopérer avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).  Au sujet du « printemps arabe », le Ministre a salué les réformes que les Rois du Maroc et de Jordanie ont mises en œuvre et a regretté les massacres de populations qui ont cours en Syrie.  Il a ainsi appelé le Président de la Syrie à mettre fin à ces violences contre son peuple.  M. Mladenov a souhaité la bienvenue au Soudan du Sud dans le concert des Membres des Nations Unies, ainsi que les nouveaux représentants du peuple libyen.  Il a rappelé les exactions de l’ancien dirigeant libyen, notamment l’affaire des infirmières bulgares qui ont passé huit années en prison en Libye avant d’être libérées.  Au sujet de la coopération en Europe, le Ministre a fait remarquer que l’Union européenne avait été mise en place pour barrer la route aux conflits et a indiqué que l’Europe ne pourrait être complète sans l’intégration des pays des Balkans dans l’Union européenne.  « Afin que la guerre prenne fin dans la région des Balkans, a-t-il souligné, tous les pays qui sont nés de l’ex-Yougoslavie doivent faire partie de l’Union européenne. » 

Mon pays, a-t-il noté, est le produit de traditions chrétienne, juive et musulmane, c’est pour cette raison que nous ne pouvons rester indifférents à la situation du Moyen-Orient.  Il a rappelé que l’État d’Israël a vu le jour au sein des Nations Unies en 1947, et il a ajouté que le peuple palestinien a droit à son propre État dans les frontières de 1967.  « Je ne peux rester indifférent quand le droit d’exister n’est pas reconnu, a-t-il dit, car le refus de ce droit signifierait ne pas respecter les valeurs de notre civilisation. »  Soutenant que Palestiniens et Israéliens doivent renouer avec le dialogue, le Ministre a indiqué que la Bulgarie avait reconnu la Palestine depuis 1988 et avait maintenu de bonnes relations avec les deux parties.  Passant à la question de la réforme des Nations Unies, le Ministre a souhaité l’augmentation du nombre de membres non permanents au sein du Conseil de sécurité originaires d’Europe de l’Est car, a-t-il précisé, le nombre des pays de cette région a pratiquement doublé en deux décennies.  Il a en outre invité les Nations Unies à plus de transparence et de rigueur dans la gestion.  Le Ministre a souhaité que la communauté internationale soit plus engagée dans la voie du développement durable, et a rappelé que le monde fait face à de nombreux défis qui vont influencer l’avenir.  « Nous devons trouver des solutions à ces défis de manière synergique », a-t-il conclu.


Source

Déclaration

Sessions précédentes