Portugal

S.E. M. José Socrates, Premier Ministre

25 septembre 2010 (65e session)

Statement Summary: 

M. JOSE SOCRATES, Premier Ministre du Portugal, après avoir déclaré qu’il n’existait aucune alternative à l’Organisation des Nations Unies dans son rôle unique de gestion des rapports internationaux, a affirmé que son pays était guidé par les principes d’indépendance nationale, du respect des droits de l’homme, de l’égalité entre les États, de règlement pacifique des différends et de coopération internationale.  Il a rappelé que le Portugal participe activement aux missions de maintien de la paix et ses soldats sont présents, par milliers, en Afghanistan, au Sud-Liban, à Timor-Leste, dans la région occidentale des Balkans, au Tchad et dans la République démocratique du Congo.
S’agissant des défis actuels à la paix et la sécurité internationales, le Premier Ministre a considéré que l’année prochaine sera critique pour le processus de paix au Moyen-Orient, le choix étant entre « la paix et le retour à l’instabilité ».  Il a salué la reprise des négociations de paix, conformément à la vision d’une solution à deux États et a exhorté à œuvrer de concert en vue de la création d’un État palestinien indépendant, démocratique et viable, vivant côte à côte avec l’État d’Israël dans la paix et la sécurité.  Il a également indiqué que la Conférence de Kaboul devrait être finalisée au prochain Sommet de l’OTAN à Lisbonne, pour garantir un processus de transition durable, dirigé par les Afghans eux-mêmes.

La paix et la sécurité exigent un multilatéralisme effectif des organes des Nations Unies, reposant sur des structures où chaque membre se sent à son aise, a-t-il déclaré, en soulignant que « les Nations Unies sont indispensables » pour établir une corrélation entre le multilatéralisme et la primauté du droit, qu’il faudrait garder à l’esprit dans la lutte contre les menaces du terrorisme.  Il a estimé, par ailleurs, particulièrement urgent de réformer les Nations Unies et la mise en place de la Commission de consolidation de la paix a constitué un pas significatif dans le processus de réforme.  Il n’en reste pas moins qu’il faille aussi examiner la composition du Conseil de sécurité pour en faire un organe plus représentatif, plus transparent et plus efficace.  Il a jugé « illogique » que des pays comme le Brésil et l’Inde, qui jouent de nos jours un rôle économique et politique irremplaçable, soient encore des membres non permanents du Conseil de sécurité.

Il convient d’atteindre d’urgence les Objectifs du Millénaire pour le développement, a poursuivi le Chef du Gouvernement portugais, qui a en outre considéré que la Conférence prévue à Cancún (Mexique) sur les changements climatiques représentait un autre pas dans la bonne direction.  Le Portugal, a-t-il précisé, a d’ores et déjà atteint l’objectif annoncé l’an dernier devant l’Assemblée de produire 45% de son électricité à partir de ressources renouvelables locales et s’est fixé comme nouvel objectif d’atteindre 60%.  Le pays est également classé deuxième dans le monde pour l’utilisation de ressources renouvelable.


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Marcelo Rebelo de Sousa
    Président
  • S.E. M. António Luís Santos da Costa
    Premier Ministre
  • S.E. M. Marcelo Rebelo de Sousa
    Président
  • S.E. M. Aníbal António Cavaco Silva
    Président
  • S.E. M. Rui Machete
    Ministre d'État
  • S.E. M. Rui Machete
    Ministre d'État
  • S.E. M. José Filipe Moraes Cabral
    Représentant permanent
  • S.E. M. Pedro Passos Coelho
    Premier Ministre
  • S.E. M. João Gomes Cravinho
    Secrétaire aux Affaires étrangères