Pologne

S.E. M. Witold Sobkow, Président

29 septembre 2010 (65e session)

S.E. M.Witold Sobkow

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. WITOLD SOBKOW (Pologne), abordant la question de la réforme des Nations Unies, a plaidé pour que l’ONU soit plus efficace et mieux adaptée au nouvel environnement mondial.  Pour le représentant, les Nations Unies doivent améliorer leur capacité à coopérer avec d’autres institutions ou organisations, notamment à l’échelle régionale.  La Pologne apporte par ailleurs son soutien aux efforts menés en faveur d’une réforme du Conseil de sécurité.  Elle est ainsi favorable à la création d’un siège supplémentaire pour le Groupe de l’Europe orientale, a-t-il dit, ajoutant que son pays jugeait intéressante l’idée d’une représentation de l’Union européenne.  M. Sobkow a ensuite estimé que la récente crise économique et financière démontrait la nécessité d’un politique coordonnée à l’échelle mondiale, dont les fondements doivent être débattus au sein d’un forum tel que l’ONU.  Il a dit espérer que la crise que le monde traverse aujourd’hui ne vienne entraver la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

En matière de sécurité internationale, M. Sobkow a rappelé la nécessité d’anticiper autant que possible les conflits pour être en mesure d’y apporter des réponses une fois qu’ils se font jour.  S’agissant des opérations de maintien de la paix, les réformes en cours doivent se poursuivre pour en améliorer la qualité, a-t-il affirmé.  « Nous sommes déterminés à œuvrer en faveur d’un consensus plus large sur les aspects stratégiques du maintien de la paix par le biais d’un partenariat renouvelé entre toutes les parties concernées », a déclaré M. Sobkow.  Sur le dossier du nucléaire, le représentant a estimé que la Conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléraires (TNP), le nouveau Traité post-START et le Sommet sur la sécurité nucléaire constituaient des avancées importantes, mais que leur mise en œuvre restait un défi à relever.  Selon lui, la question du statut des armes nucléaires substratégiques se pose avec une acuité particulière, dans la mesure où aucune obligation légale au plan international n’est en mesure de conduire à leur réduction et à leur élimination.

Par ailleurs, le représentant a affirmé que son pays espérait pouvoir atteindre tous les principaux objectifs de la Conférence sur le développement durable de 2012.  Les actions concrètes à mener sur le dossier des changements climatiques doivent être liées à la question des OMD, a-t-il dit, insistant sur la nécessité de prendre en compte les besoins spécifiques des pays en développement.  S’agissant de la question des changements climatiques, la Pologne a indiqué qu’elle allait poursuivre ses efforts visant à l’élaboration d’un consensus international sur un accord d’ensemble à l’échelle de la planète au-delà de 2012.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes