Pérou

S.E. M. Alan García Pérez, Président

23 septembre 2010 (65e session)

Statement Summary: 

M. ALAN GARCÍA PÉREZ, Président de la République du Pérou, a indiqué que les défis actuels auxquels est confrontée la planète exigeaient des efforts concertés de la part de la communauté internationale.  Il a dénoncé les politiques contre la liberté d’opinion et pour la course aux armements.  Il a indiqué que le Pérou était devenu un pays plus stable et plus égalitaire, capable de jouer un rôle plus favorable pour garantir la paix et la stabilité de la région.

Il a évoqué l’existence de politiques sociales garantes de l’égalité et de l’équité entre les citoyens.  Avec une croissance économique moyenne de 6,5%, le pays a pu investir 24 millions de dollars dans des projets destinés à améliorer la vie des plus démunis.  De plus, grâce aux investissements du secteur privé, plusieurs milliers d’emplois ont été créés.  Le Chef d’État a également affirmé que le Pérou réaliserait bientôt l’OMD nº1 relatif à l’élimination de la pauvreté.

M. Pérez a ensuite abordé le sujet de la coopération internationale, élément indissociable, selon lui, de la mondialisation.  Il a relevé l’absence d’un véritable multilatéralisme et a regretté le climat d’incertitude actuel.  Il a dénoncé la prolifération des armes de destruction massive et la course « absurde » aux armements, relevant que les sommes importantes qui sont versées au secteur des armes permettraient d’améliorer le sort de millions de pauvres.  « Élevons l’étendard de Jean Jaurès et d’Olaf Palme et exigeons des mesures contre la course aux armements », a-t-il lancé aux États Membres.

Le Président péruvien a ensuite passé en revue les initiatives de son pays et de l’Équateur, autrefois en guerre, pour assurer la normalisation de leurs rapports.  « Voici les preuves de notre foi dans l’intégration et la fraternité entre les peuples », a-t-il clamé.  M. Pérez a également abordé la question des crises financière et économique actuelles, pour réclamer la création d’une nouvelle économie numérique.  « Nous devons espérer que la vitesse de la technologie nous apportera aussi une solution à la crise financière », a-t-il dit. 

Tout en affirmant son appui au G-20, le Chef d’État a estimé que les actions de celui-ci devaient être plus légitimes.  Le-G-20 doit entretenir des rapports plus fluides avec le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale et laisser d’autres pays participer à ses travaux.

S’agissant des changements climatiques, le Président a réclamé la signature d’un accord mondial contraignant et efficace, en demandant des mesures pour mettre un terme au déboisement d’ici à 2020.  Relevant par ailleurs que la pauvreté était également une source de pollution, il a annoncé que le Pérou s’était engagé à réduire d’un cinquième, d’ici à 2020, l’usage du bois de chauffe dans le pays.

M. Pérez a également abordé le sujet de la migration, estimant notamment qu’il était inconcevable de vivre dans un monde où les biens et services circulent librement et où est restreinte la liberté de mouvement de personnes.  Il a notamment dénoncé les politiques d’expulsion menées par le Japon et les États-Unis, ainsi que la nouvelle loi sur le contrôle d’identité qui a été adoptée en Arizona.


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Martin Vizcarra Cornejo
    Président
  • S.E. M. Gustavo Meza-Cuadra
    Représentant permanent auprès de l’ONU
  • S.E. M. Pedro Pablo Kuzcynski Godard
    Président
  • S.E. M. Gustavo Meza-Cuadra
    Représentant permanent
  • S.E. M. Ollanta HUMALA TASSO
    Président
  • S.E. M. Ollanta Humala Tasso
    Président
  • S.E. M. Rafael Roncagliolo Orbegoso
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ollanta Humala Tasso
    Président
  • S.E. M. Jose Antonio Garcia Belaunde
    Ministre des affaires étrangères