Nicaragua

S.E. M. Samuel Santos López, Ministre des affaires étrangères

27 septembre 2010 (65e session)

Statement Summary: 

M. SAMUEL SANTOS LÓPEZ, Ministre des affaires étrangères du Nicaragua, a attribué au capitalisme mondial la responsabilité des crises profondes auxquelles le monde fait face.  Les pays pauvres, a-t-il dit, peuvent démasquer ceux qui les ont conduits au bord de l’extinction par soif d’argent, de pouvoir et par égoïsme.  Le Nicaragua est opposé à la guerre comme moyen de résoudre les conflits entre États et de s’approprier les ressources de la planète.  Le Ministre a estimé que l’établissement de bases militaires sur le sol latino-américain menaçait la stabilité politique des nations.  Il y a, au contraire, une relation étroite entre désarmement et développement.  Le développement doit être centré sur l’être humain, tandis que les ressources dégagées par le désarmement doivent garantir nos objectifs nationaux de développement social.  Le Nicaragua souhaite que le monde aboutisse à un désarmement nucléaire complet dans un climat de confiance et de solidarité.  Il appuie le droit inaliénable des parties au Traité sur la non-prolifération nucléaire (TNP) d’utiliser l’énergie nucléaire à des fins pacifiques.  S’agissant de l’Iran, M. Santos López considère que la déclaration tripartite –Brésil, Turquie, Iran– constitue une alternative vers la paix régionale et mondiale.

Le Ministre a souligné la nécessité de démocratiser l’ordre mondial, à commencer par l’ONU et le Conseil de sécurité.  « Nous avons pris la décision historique de créer la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes »,  a-t-il indiqué, et « l’Alliance bolivarienne des peuples de nos Amériques est à l’avant-garde du processus de changement ».  Le Nicaragua s’est également joint au peuple de Porto Rico pour brandir la « bannière de son indépendance injustement violée ».  Le blocus criminel des États-Unis contre Cuba doit être levé immédiatement, a poursuivi M. Santos López, qui a en outre exprimé sa solidarité avec le peuple argentin dans sa revendication de souveraineté sur les Îles Malouines.  « Le Sommet de Copenhague sur le changement climatique nous a fait perdre notre temps », a déploré par ailleurs le Ministre.  Il a espéré que les pays arriveront unis à Cancún, au Mexique, pour parvenir à des accords qui inverseront en partie le mal, et trouver la voie pour rétablir l’équilibre entre l’homme et la planète Terre.  Évoquant la situation intolérable de centaines de millions de personnes affamées dans le monde et de la dizaine de millions d’enfants de moins de 5 ans qui meurent chaque année dans les pays en développement, M. Santos Lopez a demandé aux pays développés d’honorer leurs engagements pour mettre fin à cette souffrance.    

 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Denis Ronaldo Moncada Colindres
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme María Rubiales de Chamorro
    Vice-Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Moises Omar Halleslevens Acevedo
    Vice-président
  • S.E. M. Moisés Omar Halleslevens Acevedo
    Vice-président
  • S.E. M. Samuel Santos López
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Samuel Santos López
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Samuel Santos López
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Samuel Santos López
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Samuel Santos López
    Ministre des affaires étrangères