Maroc

S.E. M. Abbas El Fassi, Premier Ministre

27 septembre 2010 (65e session)

Statement Summary: 

M. ABBAS EL FASSI, Premier Ministre du Royaume du Maroc, qui a lu discours de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI, a affirmé que la sécurité et la stabilité, le développement et la prospérité, ainsi que la promotion des droits de l’homme et de la dignité humaine continuaient de constituer le socle du nouvel agenda international.  Il a affirmé que son pays s’était attaché à mettre en « parfaite adéquation » ses priorités nationales avec l’agenda international.  « C’est avec une sincère volonté d’assainir les relations dans notre région du Maghreb, a-t-il poursuivi, que nous avons soumis en 2007 aux Nations Unies, une initiative d’autonomie en vue de régler définitivement le différend artificiellement entretenu autour du recouvrement par le Maroc de ses provinces du Sud. »  Il a indiqué que cette initiative bénéficiait du soutien de la communauté internationale et du Conseil de sécurité, lesquels avaient salué la « contribution active » du Maroc pour faciliter la résolution de ce différend qui « hypothèque l’intégration maghrébine et entrave la prospérité de cinq peuples maghrébins ».  Le Maroc, a ajouté le Premier Ministre, appelle les autres parties à saisir cette opportunité historique pour s’engager dans des négociations de fond sous l’égide du Secrétaire général et de son Envoyé personnel. 

M. El Fassi a ensuite appelé la communauté internationale à appuyer le processus de négociations directes israélo-palestiniennes qui est en cours sous les auspices de l’Administration américaine.  Il a estimé que les négociations posaient non seulement la question d’un État palestinien exerçant sa pleine souveraineté avec Jérusalem comme capitale, mais également la nécessité d’éviter les actions unilatérales et d’arrêter la colonisation, surtout à Jérusalem.  Jérusalem, a-t-il ajouté, doit redevenir un symbole de coexistence harmonieuse des religions monothéistes.  Abordant ensuite la question des Objectifs du Millénaire pour le développement, le Premier Ministre a affirmé qu’au vu de sa population et de ses ressources naturelles, l’Afrique pourrait devenir un continent de croissance, mais qu’elle demeurait marginalisée par rapport au flux d’investissements étrangers directs.  Il a proposé l’organisation par l’Assemblée générale d’un dialogue de haut niveau sur l’investissement en Afrique.  Il a également réclamé des « réformes significatives urgentes » de l’architecture actuelle de la gouvernance économique mondiale, ainsi qu’une mobilisation accrue pour jeter les bases d’un nouvel ordre environnemental juste, équitable et opérationnel.  Le Premier Ministre a par ailleurs affirmé que le Maroc avait réalisé des « avancées notoires » en matière d’élargissement de l’espace des libertés individuelles et collectives, ainsi que la sauvegarde de la dignité humaine et des droits de ses citoyens.  Il a notamment rappelé que le Maroc était l’un des cofacilitateurs du processus de révision du Conseil des droits de l’homme.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Saad-Eddine El Othmani
    Premier Ministre
  • S.E. M. Nasser Bourita
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Salaheddine Mezouar
    Ministre des affaires étrangères
  • S.M. Prince Moulay Rachid
    Prince héritier
  • S.E. M. Abdelilah BENKIRANE
    Premier Ministre
  • S.E. M. Saad-Eddine El Othmani
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Prince Moulay Rachid
    Prince héritier
  • S.E. M. Taïb Fassi Fihri
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Taïb Fassi Fihri
    Ministre des affaires étrangères