Mauritanie

S.E. M. Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, Premier Ministre

25 septembre 2010 (65e session)

S.E. M.Moulaye Ould Mohamed Laghdaf

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. MOULAYE OULD MOHAMED LAGHDAF, Premier Ministre de la Mauritanie, a affirmé que son pays, comme le reste du monde, était confronté au danger du terrorisme et de la criminalité transnationale organisée, et que le meilleur moyen de les combattre est de renforcer la justice sociale, former et intégrer les jeunes dans la vie active et de donner l’espoir à ces derniers pour qu’ils ne deviennent pas une cible facile pour les organisations terroristes et extrémistes.  La Mauritanie ne ménage aucun effort sur tous ces fronts pour accroître le rôle d’universitaires éminents dans le débat sur les meilleurs moyens de présenter une image correcte de l’Islam, religion de tolérance, de vertu et d’acceptation de l’autre, et de rejeter l’extrémisme.  Dans ce cadre, il a estimé que l’instauration d’un Maghreb uni constituait un choix stratégique pour les peuples et la région dont la non-réalisation aurait des conséquences préjudiciables pour l’avenir de cette région vitale du monde.  Une solution rapide au problème du Sahara, qui recueillerait l’assentiment des deux parties, contribuera à l’accélération de l’intégration du Maghreb et permettra à l’Union du Maghreb de jouer pleinement son rôle en tant que partenaire régional indispensable et efficace, a estimé M. Laghdaf.

Le Premier Ministre mauritanien a soutenu le processus de réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies et son élargissement à une représentation permanente du continent africain et du monde arabe car « la démocratie est une exigence internationale et pas seulement une pratique ou un objectif national ».  « Il n’est ni logique ni acceptable de ne pas octroyer de sièges au continent africain et au monde arabe, compte tenu de leur poids culturel, humain et stratégique », a-t-il affirmé.  Le Premier Ministre a formé l’espoir que des négociations directes entre les Palestiniens et les Israéliens aboutiront à des résultats tangibles dans des délais acceptables car, a-t-il dit, personne au Moyen-Orient n’a soif de paix autant que le peuple palestinien.  Il a aussi appelé à la levée du « siège injuste de la ville de Gaza » et à mettre fin à la punition collective et inhumaine à l’encontre du peuple palestinien.  En conclusion, il a réaffirmé qu’il était convaincu, comme il l’avait déjà souligné lors du Sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, que les défis du développement doubleraient si les obligations internationales ne sont pas entièrement respectées.  Les pays pauvres, a-t-il rappelé, ont besoin, d’urgence, d’une attention accrue de la part de la communauté internationale pour leur stabilité et développement, et de la part des partenaires pour le développement à intégrer le système économique global.


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Isselkou Ould Ahmed Izid Bih
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Isselkou Ould Ahmed Izid Bih
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Hamadi Ould Meimou
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Mohamed Ould Abdel Aziz
    Président
  • S.E. M. Ahmed Teguedi
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. M. Hamady Ould Hamady
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Hamady Ould Hamady
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. Mme Naha Mint Mouknass
    Ministre des affaires étrangères