Kiribati

S.E. M. Anote Tong, Président

25 septembre 2010 (65e session)

Kiribati
Statement Summary: 

M. ANOTE TONG, Président, Chef du Gouvernement et Ministre des affaires étrangères de Kiribati, a estimé que la question des changements climatiques était l’un des plus grands défis que doit relever la communauté internationale.  Ces changements, a-t-il dit, affectent tous les pays.  Toutefois, il a regretté que les petits États insulaires en développement (PEID) soient les plus touchés alors qu’ils produisent beaucoup moins de gaz à effet de serre que les pays développés.  M. Tong a dénoncé l’échec des négociations du Sommet de Copenhague sur le climat.  L’expérience de Copenhague, a-t-il ajouté, a montré qu’il était urgent pour les dirigeants mondiaux de surmonter leurs divergences.  La Conférence sur les changements climatiques, qui se tiendra en fin d’année à Cancún, au Mexique, doit être l’occasion pour les États Membres de s’accorder sur une position commune et de réaffirmer leurs engagements, a estimé le Président.

M. Tong a, par ailleurs, dénoncé le comportement de certains pays développés qui perçoivent les changements climatiques comme un processus évolutif irrémédiable.  « Pour les petits États insulaires en développement, la question des changements climatiques représente un défi immense », a rappelé le Président.  Les petites îles sont de plus en plus les victimes des dégâts causés par l’érosion côtière, la montée du niveau de la mer et les violents orages, a fait remarquer M. Tong.  Nos îles, a-t-il ajouté, deviendront inhabitables bien avant qu’elles ne soient inondées.  M. Tong a regretté que les petits États insulaires continuent de consacrer leurs maigres ressources à lutter contre l’augmentation du niveau de la mer et des conséquences négatives des changements climatiques.  C’est pourquoi, a-t-il dit, Kiribati ne sera pas en mesure de réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). 

Rappelant les promesses de dons faites à Copenhague en faveur du Fonds d’adaptation pour aider les pays vulnérables à mieux répondre aux changements climatiques, M. Tong a estimé qu’il était nécessaire de débloquer ces fonds pour répondre aux besoins les plus urgents.  Par ailleurs, il a mis l’accent sur l’engagement de son pays en vue de préserver la biodiversité.  Il a, à cette occasion, cité « Pipa », la plus grande zone maritime protégée d’une superficie de 400 000 kilomètres carrés et qui est un terrain pour la pêche tropicale.  La préservation de cette zone, a-t-il ajouté, est un don de Kiribati à l’humanité et sa contribution à la conservation internationale de la biodiversité.  Kiribati et les îles du Pacifique sont engagées dans la conservation durable et la gestion de l’écosystème des océans, a assuré M. Tong.  La conservation de la biodiversité et des écosystèmes dans la région du Pacifique est non seulement essentielle pour le développement durable des peuples du Pacifique, mais également pour le reste du monde, a-t-il souligné.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes