Chypre

S.E. M. Demetris Christofias, Président

24 septembre 2010 (65e session)

Cyprus
Statement Summary: 

M. DIMITRIS CHRISTOFIAS, Président de la République de Chypre, s’est félicité de la reprise des négociations entre Israël et l’Autorité palestinienne.  Il n’y a pas d’alternative au dialogue et la solution devrait conduire à la création d’un État palestinien souverain et indépendant, coexistant avec l’État d’Israël.  Chypre et la Grèce ont proposé au peuple de Gaza la création d’un corridor humanitaire.

Chypre célèbre cette année son cinquantenaire de la République de Chypre, a souligné le Président.  En tant que membre fondateur du Mouvement des non-alignés, le pays a toujours pris une part active aux travaux des Nations Unies.  Toutefois, l’occupation par l’armée turque de 37% du territoire de la République de Chypre se poursuit, de même que la violation des droits de l’homme de tous les citoyens chypriotes, grecs et turcs.

Le peuple de Chypre a trop souffert.  Il est temps de résoudre les problèmes et de parvenir à une réconciliation entre les deux communautés. Depuis les années 60, l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité s’occupent de la question de Chypre.  Depuis mon élection en 2008, je me suis engagé activement, a dit le Président, avec les dirigeants de la communauté chypriote turque dans un processus chypriote mené dans le cadre de la mission de bons offices du Secrétaire général, afin de trouver une solution mutuellement acceptable sur les aspects constitutionnels et internes du problème.

Des progrès ont été réalisés, en dépit des difficultés, a assuré le Président.  Dans un ensemble de trois propositions, il a d’abord suggéré de lier les chapitres relatifs à la propriété, aux ajustements structurels et aux colons.  Ensuite, quand un accord sur les aspects internes du problème se rapprochera, il propose de tenir une conférence internationale sous les auspices du Secrétaire général, avec la participation des membres permanents du Conseil de sécurité, des puissances garantes, de l’Union européenne, de la République de Chypre et des deux communautés, pour examiner les aspects internationaux du problème.

Enfin, en ce qui concerne Famagusta, M. Christofias, qui a proposé de rendre la ville à ses véritables habitants, sous contrôle des Nations Unies, a suggéré de restaurer la partie médiévale où vivent les Chypriotes turcs et d’ouvrir le port au commerce extérieur sous supervision de l’Union européenne.  Un tel développement bénéficierait directement aux Chypriotes turcs et favoriserait les négociations de la Turquie sur son accession à l’Union européenne.  Le Président a également appelé la garde nationale et l’armée turque à annuler de nouveau, cet automne, leurs exercices militaires annuels.

Le Président de Chypre a renouvelé son appel aux dirigeants turcs pour qu’ils le rencontrent, parallèlement au processus de négociation, afin qu’il puisse partager avec eux sa vision pour une solution au problème chypriote qui serve les intérêts des Chypriotes, de la Turquie, de la Grèce, ainsi que de la paix et de la sécurité dans la région.


Source

Déclaration

Sessions précédentes