Bangladesh

S.E. Mme Sheikh Hasina, Premier Ministre

25 septembre 2010 (65e session)

Bangladesh
Statement Summary: 

SHEIKH HASINA, Premier Ministre de la République populaire du Bangladesh, affirmé qu’en dépit des nombreux attentats contre les membres de sa famille, de son parti la Ligue Awami et contre sa personne, dont le plus récent a eu lieu le 21 août 2010 lors d’un rassemblement public portant justement contre les attentats et assassinats terroristes, le terrorisme ne sera jamais le bienvenu sur le sol du Bangladesh.  Cette position ferme contre le terrorisme a conduit à la négociation de l’Accord des Chittagong Hill Tracts, qui a mis un point final à des décennies de conflit interne, ainsi qu’à la négociation d’un règlement pacifique du violent soulèvement, en 2009, des forces paramilitaires aux frontières du pays.  Au plan international, l’attachement de son pays à la paix, essentielle pour le développement, a été reflété par l’appui inébranlable aux missions de maintien de la paix des Nations Unies.  Depuis 1988, le Bangladesh a mis 97 000 soldats à la disposition de 32 opérations de maintien de la paix des Nations Unies déployées dans 24 pays, ce qui en fait le premier contributeur de troupes au monde.  Quatre-vingt-douze d’entre eux y ont fait le sacrifice ultime.  Elle a déploré, dans ce contexte, que la présence de son pays au sein du Département des opérations de maintien de la paix « demeure négligeable, tout autant que notre voix dans l’élaboration des stratégies de planification des missions de maintien de la paix.  En toute équité, a-t-elle commenté, cela appelle à notre représentation proportionnelle au sein du Département des opérations de maintien de la paix.

Évoquant la vulnérabilité particulière de son pays aux changements climatiques, Sheikh Hasina a souligné que les migrants climatiques s’entassent d’ores et déjà dans les villes, ce qui crée un nouveau fardeau pour les infrastructures déjà limitées et cause des troubles sociaux.  La situation deviendrait catastrophique si le niveau de la mer s’élève d’un mètre en raison du réchauffement climatique, a-t-elle signalé, en précisant que cela inonderait le quart du pays, avec un impact direct sur 11% de la population, causant une migration massive.

Alors que le monde se débat encore avec la crise économique, elle a rappelé que les pays les moins avancés continuent de souffrir de la réduction des exportations, avant de proposer l’établissement d’un fonds d’affectation spéciale des Nations Unies pour leur venir en aide.  Elle a, en outre, demandé la conclusion rapide des négociations commerciales de Doha et le respect par les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) de leur engagement de consacrer 0,7% de leur PIB à l’aide publique au développement, dont 0,2% aux pays les moins avancés, comme cela a été réaffirmé dans le Programme d’action de Bruxelles.  Depuis la proclamation par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) d’une Journée internationale de la langue maternelle et en reconnaissance aux martyrs qui, en 1952, ont sacrifié leur vie pour leur langue maternelle, le bangla, cette Journée est célébrée avec ferveur dans le monde.  Comme le bangla est parlé par environ 300 millions de personnes, le Parlement du Bangladesh a adopté une résolution invitant l’ONU à déclarer le bangla comme l’une de ses langues officielles, a indiqué Sheikha Hasina, en souhaitant que cette demande soit approuvée.


Source

Déclaration

Sessions précédentes