Algérie

S.E. M. Mourad Medelci, Ministre des affaires étrangères

27 septembre 2010 (65e session)

Algeria
Statement Summary: 

M. MOURAD MEDELCI, Ministre des affaires étrangères de l’Algérie, a appelé à une refonte de la gouvernance financière et économique qui laisserait moins de place aux aléas du marché et à la spéculation et qui assurerait une représentation équitable aux pays en développement.  Parlant des OMD dont les résultats tardent en Afrique, le Ministre a jugé « fondamental » que la communauté internationale respecte ses engagements en matière d’aide publique au développement.  Il a aussi demandé un moratoire sur la dette des pays en développement et une amélioration de l’accès de leurs produits aux marchés des pays industrialisés.

Le Ministre a par ailleurs, souligné la nécessité de renforcer le rôle de l’ONU dans la protection de la biodiversité dans les pays en développement et dans la promotion d’une coopération mutuellement bénéfique permettant de mieux partager les bénéfices découlant de l’exploitation des ressources.  S’agissant de la prochaine Conférence de Cancún, il a voulu que la priorité soit donnée au soutien à accorder aux pays en développement pour leur permettre de s’adapter aux changements climatiques.  Au vu de la multiplication des catastrophes naturelles, il a demandé une restructuration des mécanismes internationaux en charge de ces catastrophes.

S’agissant du nucléaire, le Ministre a indiqué que l’Algérie, qui a toujours plaidé en faveur du droit légitime des pays à l’acquisition de la technologie nucléaire à des fins pacifiques et déploré la politique de deux poids deux mesures, est convaincue que seul le dialogue et les moyens pacifiques sont susceptibles d’aplanir les désaccords.  « La réalité internationale contemporaine nous enseigne qu’aucun État ne peut sanctuariser son territoire par la seule force brutale des armes. »

En matière de lutte contre le terrorisme, le Ministre a rappelé le soutien de son pays à la résolution 1904 portant sur l’incrimination juridique du versement de rançons aux groupes terroristes.  Mais, a-t-il dit, beaucoup reste à faire pour éliminer le terrorisme, en particulier dans le traitement de la problématique de l’élargissement des terroristes en contrepartie de la libération d’otages.  Il a aussi invité la communauté internationale à être vigilante face aux moyens modernes utilisés par les groupes terroristes, tels que l’imagerie satellitaire par Internet.

Le Ministre a ensuite appelé la communauté internationale à exercer des pressions « crédibles » sur la force d’occupation au Moyen-Orient pour l’amener à respecter ses engagements.  Il a encouragé l’Assemblée générale à reprendre ses travaux sous le thème « Unissons-nous pour la paix », unique voie pour doter ses résolutions de la force juridique capable de contraindre la puissance d’occupation à mettre un terme à sa politique « unanimement condamnable ». 

L’Algérie, a aussi dit le Ministre, demeure disposée à apporter son plein appui aux efforts de l’ONU visant à résoudre le conflit au Sahara occidental.  Il est « indispensable », a-t-il ajouté, que la communauté internationale assure sa pleine responsabilité afin de parvenir à une solution politique qui permettra au peuple du Sahara occidental d’exercer son droit inaliénable à l’autodétermination au moyen d’un référendum. 

Le Ministre a conclu en prévenant qu’une justice internationale à deux vitesses et focalisée uniquement sur une région particulière risque de menacer la paix et la sécurité régionales, de dénaturer les nobles causes de cette justice et de l’instrumentaliser, in fine, à des fins politiques et géostratégiques.  Le Ministre n’a pas manqué d’appeler à une réparation de l’injustice historique dont a été victime l’Afrique, seul ensemble à ne pas disposer de représentant dans la catégorie des membres permanents du Conseil de sécurité alors qu’elle compte environ pour le tiers des États Membres de l’ONU.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Abdelkader Messahel
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Abdelkader Messahel
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ramtane Lamamra
    Vice-Premier Ministre
  • S.E. M. Ramtane Lamamra
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ramtane Lamamra
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Ramtane Lamamra
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Mourad Medelci
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Mourad Medelci
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Abdelaziz Bouteflika
    Président