Albanie

S.E. M. Bamir Topi, Président

23 septembre 2010 (65e session)

Albania
Statement Summary: 

M. BAMIR TOPI, Président de la République d’Albanie, a estimé que l’ordre du jour très chargé de l’ONU devait se concentrer sur la paix et la sécurité internationales, la lutte contre le terrorisme, la lutte contre les effets des changements climatiques, la promotion d’un développement durable, la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive, les droits de l’homme et les migrations.  Selon lui, la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) est une priorité de l’Albanie.  L’Albanie, a-t-il dit, est pleinement engagée à atteindre les objectifs communautaires de l’Union européenne qui consiste à favoriser les investissements dans le secteur social et les capacités de développement.  Il a indiqué que l’Albanie était membre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et avait également signé le Mémorandum d’accord du Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU (DOMP).  Il a fait état de la participation de son pays aux missions de maintien de la paix au Tchad, en Afghanistan et en Iraq.  Il a dit que la lutte contre le terrorisme était une priorité qui nécessitait une très haute détermination.  Il a jugé essentielle la contribution du Conseil de sécurité et de ses comités chargés de la mise en œuvre des résolutions 1269, 1373, 1540 et 1624 consacrées à la lutte contre le terrorisme.

Par ailleurs, le Président albanais a salué les initiatives du Secrétaire général en faveur de la paix au Moyen-Orient dans le souci de parvenir à des solutions durables acceptées par toutes les parties.  Il a estimé que l’Alliance des civilisations était un outil politique très utile de l’ONU pour promouvoir la paix, l’harmonie entre les civilisations et construire une société inclusive par le biais de l’éducation, de la compréhension et des connaissances mutuelles.  L’adoption, il y a quelques jours, d’une résolution de l’Assemblée générale sur la légitimité de la proclamation d’indépendance du Kosovo est un événement important pour le Kosovo, la Serbie, les Balkans occidentaux, l’Europe unie et l’ONU, a-t-il estimé.  Il a remercié l’Union européenne pour cette résolution et pour avoir fait preuve d’une cohésion qui démontre que les politiques d’intégration ne pouvaient être stoppées.  Il a dit que la question du statut du Kosovo et de ses frontières était désormais close et appartenait au passé.  Il est maintenant temps de commencer le dialogue et de s’attaquer aux questions pratiques, a-t-il insisté.  Il a ajouté que l’avis consultatif de la Cour internationale de Justice (CIJ) sur la légalité de l’indépendance du Kosovo restait un cas sui generis et ne pouvait constituer un précédant pour d’autres situations dans d’autres pays.  
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes