Togo

S.E. M. Kodjo Menan, Président de la délégation

29 septembre 2009 (64e session)

Statement Summary: 

M. KODJO MENAN (Togo) a déclaré que la gouvernance politique, administrative et économique était essentielle à la consolidation de la paix et de la sécurité, et contribuait à accélérer la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement.  Il a également indiqué qu’au Togo, le Gouvernement ne ménageait aucun effort pour créer des conditions de réformes audacieuses et poser les fondements d’un nouveau pacte républicain et de réconciliation nationale.  M. Menan a passé en revue nombre des réformes mises en œuvre par son gouvernement, notamment la création, au mois de mai dernier, d’une Commission vérité-justice-réconciliation qui a pour mission de faire la lumière sur les actes de violence à caractère politique que le Togo a connus de 1958 à 2005.  Il a également indiqué que le Code électoral avait été modifié dans le but d’alléger les conditions d’éligibilité à l’élection présidentielle, et que le Togo œuvrait à la recomposition de la Cour constitutionnelle, de la Commission nationale des droits de l’homme et de la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication.  Au plan judiciaire, le vaste programme de modernisation de la justice se poursuit de façon satisfaisante, a poursuivi M. Menan, pour ensuite indiquer que le délit de presse avait été dépénalisé, et qu’un projet de loi sur l’abolition de la peine de mort avait été soumis à l’Assemblée nationale.  Le représentant du Togo s’est ensuite attardé sur le domaine de la santé, signalant notamment qu’un Plan national de développement sanitaire pour la période 2009/2013 avait été mis en place.

Sur la question de la non-prolifération, M. Menan a indiqué que son pays réitérait le vœu de voir la présente session de l’Assemblée générale prendre des engagements en vue de renforcer la dynamique de la réalisation du projet visant à la négociation d’un traité sur le commerce des armes légères.  Concernant le terrorisme, le représentant a estimé qu’il devenait « impérieux » d’améliorer et d’universaliser le cadre juridique international visant à lutter contre ce fléau.  M. Menan a ensuite estimé que le problème du trafic illicite de drogues à travers la côte Ouest-africaine constituait un véritable danger et un facteur de déstabilisation pour la sous-région.  Il a lancé un appel à la coopération internationale pour éradiquer ce phénomène afin de réinstaurer le climat de sécurité indispensable au développement.

Le représentant du Togo a par ailleurs estimé que l’ONU devait continuer à s’impliquer davantage dans la recherche de solutions en République démocratique du Congo, au Tchad, en République centrafricaine et au Darfour.  Il a demandé que des mesures urgentes soient engagées pour empêcher que la Somalie ne sombre dans le chaos.  S’agissant de la Côte d’Ivoire, a-t-il poursuivi, le Togo a noté « avec satisfaction » l’évolution politique positive dans ce pays depuis les accords d’Ouagadougou.  Il a, par ailleurs, encouragé la classe politique de la Guinée à trouver les voies et les moyens pouvant permettre un retour rapide à l’ordre constitutionnel.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Robert Dussey
    Ministre des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration régionale
  • S.E. M. Komi Selom Klassou
    Premier Ministre
  • S.E. M. Kokou Kpayedo
    Représentant permanent
  • S.E. M. Faure Essozimna Gnassingbé
    Président
  • S.E. M. Robert Dussey
    Ministre d'État
  • S.E. M. Kodjo Menan
    Représentant permanent auprès de l’ONU
  • S.E. M. Elliot Ohin
    Ministre d'État
  • S.E. M. Gilbert Fossoun Houngbo
    Premier Ministre
  • S.E. M. Gilbert Fossoun Houngbo
    Premier Ministre