État de Palestine

S.E. M. Mahmoud Abbas, Président

25 septembre 2009 (64e session)

Statement Summary: 

M. MAHMOUD ABBAS, Président de l’Autorité palestinienne, a déclaré que les importants défis auxquels est confrontée la communauté internationale ne devaient pas occulter les « graves problèmes » que connait le Moyen-Orient.  Tout le monde admet la nécessité de réaliser la paix au Moyen-Orient, d’y combattre l’extrémisme et d’y créer une zone exempte d’armes nucléaires.  Pourtant, a dénoncé le Président, la plus plaie la plus profonde reste les souffrances du peuple palestinien auxquelles l’ONU assiste, comme en attestent non pas les dizaines mais les milliers de résolutions qui sont restées lettres mortes. 

« Nous sommes face à une situation unique », a estimé le Président.  Si le droit international stipule l’inadmissibilité de l’acquisition d’un territoire par la force, comment gérer le fait que les politiques d’implantation d’Israël saperont la création d’un État palestinien géographiquement continu, conforme au consensus international, s’est interrogé le Président. 

Tous les efforts internationaux de ces derniers jours qui ont été salués par le peuple palestinien et les pays arabes, se heurtent néanmoins, a dénoncé le Président, à l’intransigeance d’Israël qui refuse d’accepter les conditions préalables à la relance du processus de paix.  Comment entamer des négociations sur les frontières et sur Jérusalem alors que des bulldozers changent la réalité des choses sur le terrain pour imposer des frontières voulues par Israël?, a-t-il notamment lancé. 

Comment concevoir des négociations, a-t-il poursuivi, sans un accord sur les termes de référence et en écartant l’objectif agréé par le monde entier, à savoir la fin de l’occupation israélienne des territoires pris en 1967 pour créer un État palestinien avec Jérusalem pour capitale et en mettant de côté les questions du retour des réfugiés palestiniens sur la base de la résolution 194, de la paix avec tous les Palestiniens, et du règlement des différends avec la Syrie et le Liban ? s’est encore demandé le Président. 

Il s’est donc félicité du discours prononcé par le Président Obama lors de l’ouverture du débat général.  Il a prévenu que la poursuite de l’occupation et de la construction du mur de séparation fera avorter toutes les chances de relancer le processus de paix. 

Le Président a ensuite indiqué que malgré toutes ses souffrances, le peuple palestinien continuait d’édifier ses institutions nationales afin de faire respecter l’état de droit et l’ordre public et promouvoir le développement social et économique. Nous déployons tous les efforts possibles pour appuyer nos frères d’Égypte qui s’efforcent de mettre un terme au « coup continu » dans la bande de Gaza et de restaurer notre unité nationale grâce à la tenue d’élections présidentielle et législatives.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes