Îles Marshall

S.E. M. Litokwa Tomeing, Président

24 septembre 2009 (64e session)

S.E. M.Litokwa Tomeing

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. LITOKWA TOMEING, Président des Îles Marshall, a souhaité voir les États-Unis plus impliqués dans les questions liées à l’environnement et au réchauffement climatique.  Ce serait le signe, a-t-il dit, de leur intention de prendre leur place dans le combat mondial contre ce phénomène.  Le monde aura les yeux rivés sur Copenhague, a-t-il prévenu, à propos de « ce qui sera un événement de portée historique pour tous ».  Il a invité les « grandes économies » à reconnaître l’obligation morale qui découle de leurs privilèges et de leur statut.

Pour les petits États insulaires, la question est de savoir si Copenhague diminuera ou accroîtra leur sécurité et leur chance de survie, a-t-il déclaré.  Nous vous appelons, vous les leaders, à tenir vos engagements et à montrer par les actes et non par les mots, votre intention de respecter les Accords de Kyoto, a lancé le Président.  Nous vous appelons, a-t-il poursuivi, à réduire vos émissions de gaz à effet de serre de 85% d’ici à 2050 par rapport à leur niveau de 1990.

Insistant sur les actions menées par son pays dans le combat contre le réchauffement de la planète, il a affirmé qu’aujourd’hui, 40% des foyers utilisent l’énergie solaire.  Il a demandé que des perspectives financières s’ouvrent pour que son pays puisse accélérer la mise en œuvre de ses programmes d’adaptation.  Notre expérience de victimes des essais nucléaires continuera de hanter nos mémoires pour des décennies encore, et c’est un cauchemar que nous ne voulons plus vivre, a-t-il déclaré.

Nous ne sommes pas venus pour condamner ou pointer un doigt accusateur, a-t-il dit.  Mais, nous sommes poussés par notre devoir moral vis-à-vis de l’humanité d’élever notre voix et d’en appeler à la conscience du monde, a ajouté le Président, en souhaitant voir un monde débarrassé du spectre de la guerre et des armes nucléaires.  Avant de conclure, le Président a estimé qu’au regard de son rôle de chef de file dans le domaine de la sécurité humaine, le Japon mérite un siège permanent au Conseil de sécurité.

 


Source

Déclaration

Sessions précédentes