Kenya

S.E. M. Raila Amollo Odinga, Premier Ministre

25 septembre 2009 (64e session)

Kenya
Statement Summary: 

M. RAILA AMOLLOODINGA, Premier Ministre du Kenya, a estimé que l’ONU devait être mieux équipée pour répondre aux défis actuels.  Il a notamment estimé que la composition du Conseil de sécurité devrait être élargie afin d’assurer deux sièges permanents avec droit de véto à l’Afrique.  Le monde ne peut plus se permettre de continuer de marginaliser un continent qui est le foyer de près d’un milliard de personnes, a-t-il dit.

Le Premier Ministre a ensuite jugé « inacceptable » que la décision prise en 2005 lors du Sommet mondial de l’ONU d’envisager un cadre institutionnel plus cohérent de la gouvernance environnementale mondiale n’ait pas porté de fruits.  Il a donc appelé à un renforcement du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), dont le siège est à Nairobi, pour qu’il devienne l’institution centrale chargée des différentes conventions pertinentes.  L’Office de l’ONU à Nairobi devrait être hissé au même rang que les Offices de Genève et de Vienne.   

Au nom d’un pays qui est compté parmi les grandes victimes de la dégradation de l’environnement, le Premier Ministre a estimé que le plus grand défi pour son pays est malheureusement de nature externe.  Le Kenya comme les autres pays d’Afrique ne produit qu’une infime partie des émissions de gaz à effet de serre.  Le monde doit s’accorder sur des actions concrètes à Copenhague, a-t-il plaidé. 

Le Kenya a déjà pris le taureau par les cornes mais il aura besoin d’aide et d’investissements, a prévenu le Premier Ministre.  L’aide est surtout nécessaire pour nourrir les 10 millions de Kenyans qui souffrent ou risquent de souffrir de la faim.  Le Premier Ministre a indiqué que son pays a besoin de 250 millions de dollars de la part des donateurs. 

Évoquant ensuite la Somalie, M. Odinga a indiqué que le flux continu de réfugiés et d’armes légères est une grande source de préoccupations, de même que la piraterie.  Malgré tout, le Kenya a offert des installations pour la détention et la traduction en justice des pirates.  Il s’est également proposé d’accueillir une conférence de l’ONU sur les moyens de coordonner la lutte contre la piraterie.

Le Premier Ministre a donc demandé à la communauté internationale d’aider son pays à surmonter ces défis.  Il a appuyé la proposition de l’Union africaine de demander au Conseil de sécurité de créer une zone interdite aux vols aériens et de localiser l’aéroport et les ports tenus par les insurgés pour enrayer l’afflux d’armes.  S’agissant de la Somalie, a-t-il préconisé, il faut une approche globale qui encouragerait le Gouvernement fédéral de transition à lancer un processus beaucoup plus inclusif.

 


Source

Déclaration

Sessions précédentes