Indonésie

S.E. M. Hassan Wirajuda, Ministre des affaires étrangères

29 septembre 2009 (64e session)

S.E. M.Hassan Wirajuda

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. N. HASSAN WIRAJUDA, Ministre des affaires étrangères de l’Indonésie, s’est tout d’abord félicité de la décision prise lors du Sommet du G-20, à Pittsburgh, de réformer l’architecture financière mondiale.  Dorénavant, nous ne dépendrons plus d’un nombre limité de pays industrialisés pour résoudre les problèmes économiques de la planète, a-t-il relevé.  Le monde en développement fait maintenant partie des solutions qui doivent être apportées à ces problèmes, a-t-il dit.  Pour le Ministre, cette redistribution de pouvoir constitue une réforme fondamentale qui devrait être reflétée au sein d’autres organes, notamment le Conseil de sécurité des Nations Unies.  Il a également estimé que les banques multilatérales de développement devaient mettre en place des modes de financement fonctionnant de manière « accélérée » et de types concessionnels, et sans conditionnalités aux pays à faible revenu.

M. Wirajuda a ensuite estimé que le monde était actuellement en proie à une crise systémique, conséquence, selon lui, de l’échec du multilatéralisme et de l’incapacité d’établir une gouvernance démocratique à l’échelle internationale.  L’Indonésie espère avec ferveur que la Conférence de Copenhague permettra d’établir un nouveau cadre d’engagements qui permettront de renforcer le Protocole de Kyoto en 2012, a-t-il indiqué.  Cet accord doit comporter des réductions importantes d’émissions de gaz à effet de serre et assurer suffisamment de financements pour l’adaptation aux conséquences du réchauffement de la planète et l’atténuation des effets des changements climatiques.  Point n’est besoin d’attendre un consensus, a-t-il ajouté, car nous pouvons déjà établir des partenariats dans le but de mener à bien des projets précis.  Il a également suggéré le lancement d’une révolution verte « plus durable », accompagnée de partenariats capables de mobiliser des investissements « massifs » dans la production et les infrastructures agricoles.  Il a également prôné la création d’un partenariat mondial sur la sécurité énergétique qui aurait beaucoup plus de chance de développer les technologies nécessaires pour augmenter l’efficacité énergétique.  « Cet esprit de partenariat nous permettra également de faire baisser les barrières érigées par le protectionnisme, a ajouté M. Wirajuda, en demandant une conclusion satisfaisante des négociations commerciales du Cycle de Doha.

Le Ministre des affaires étrangères de l’Indonésie a ensuite déclaré que l’avènement d’un monde exempt d’armes nucléaires n’était plus un « rêve impossible » depuis l’adoption de la résolution 1887 du Conseil de sécurité.  Soulevant ensuite la question du terrorisme, M. Wirajuda a estimé que le seul usage de la force ne suffirait pas à enrayer ce fléau.  Il a prôné la création d’un dialogue entre les religions, les cultures et les civilisations qui soit capable de « causer la faillite les marchands de haine ».

« Un Conseil de sécurité paralysé par sa composition non démocratique et par l’usage du droit de veto ne peut pas garantir notre sécurité collective », a-t-il poursuivi, estimant que cet organe devrait être rendu « plus démocratique, plus transparent et plus responsable ». 

Après avoir indiqué que le Président de l’Indonésie avait lancé de nombreuses réformes qui visent à faire de l’Indonésie un pays développé d’ici à 2025, M. Wirajuda a indiqué que la réforme démocratique avait permis d’éviter à son pays d’être complètement anéanti par la crise financière asiatique de 1997.  « Nous sommes la troisième plus grande démocratie au monde », a-t-il fait remarquer.  « L’Indonésie est un lieu où la démocratie, l’islam et la
modernisation vont non seulement la main dans la main, mais s’épanouissent également ensemble », a dit le Ministre.  Il a également annoncé que le Forum pour la démocratie de Bali aurait dorénavant lieu tous les ans.  « Nous espérons que pendant que le monde s’affaire à réformer sa gouvernance économique, il se rendra compte que la prospérité sans démocratie n’est qu’une bulle fragile », a dit M. Wirajuda en conclusion.
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Jusuf Kalla
    Vice-président
  • S.E. M. Muhammad Jusuf Kalla
    Vice-président
  • S.E. M. Muhammad Jusuf Kalla
    Vice-président
  • S.E. M. Susilo Bambang Yudhoyono
    Président
  • S.E. M. Marty Natalegawa
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Susilo Bambang Yudhoyono
    Président
  • S.E. M. Marty M. Natalegawa
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. R.M. Marty Natalegawa
    Ministre des affaires étrangères