République démocratique du Congo

S.E. M. Alexis Thambwe Mwamba, Ministre des affaires étrangères

28 septembre 2009 (64e session)

Democratic Republic of the Congo
Statement Summary: 

M. ALEXIS THAMBWE MWAMBA, Ministre des affaires étrangères de la République démocratique du Congo (RDC), s’est penché sur la situation dans le centre et le sud de l’Afrique, rappelant les progrès réalisés au Burundi, le bon déroulement du dialogue en République centrafricaine, la nécessaire promotion des relations entre le Tchad et le Soudan, ainsi que la consolidation de la paix et de la stabilité en Afrique australe.  Il a cependant exprimé ses inquiétudes après la crise économique et financière qui a touché le monde et qui a particulièrement fragilisé les économies du monde entier, notamment des pays en développement.  En RDC, a-t-il souligné, cette crise a entraîné la chute des cours des produits exportés, des réserves de change, l’affaiblissement du taux de croissance et la baisse des recettes budgétaires et fiscales.  Il a précisé que cette crise avait surtout eu pour conséquence un manque de ressources pour financer les infrastructures et compenser les pertes d’emplois.  M. Mwamba a rappelé que les changements climatiques restaient un sujet de préoccupation pour les générations présentes et futures.  Si l’on ne peut prévenir la montée du niveau de la mer, l’avancement du désert, l’extinction des espèces de la biodiversité, le monde court vers une catastrophe dont le continent africain subira les conséquences en premier lieu, a-t-il dit.  Il a, par ailleurs, souligné la nécessité d’une réforme du système des Nations Unies.

Mettant en avant le succès des élections qui se sont tenues en 2006, le Ministre a précisé que son pays traversait aujourd’hui l’épreuve de la normalisation de la vie démocratique.  Il a cependant rappelé que le viol comme arme de guerre se poursuivait.  Les violences sexuelles faites aux femmes et aux filles dans l’est de la RDC constituent l’un des crimes les plus honteux et les plus graves, a-t-il dit.  « Justice doit être rendue aux femmes et aux filles violées », a-t-il assuré, indiquant la volonté et la détermination du Président Joseph Kabila de mettre un terme à l’impunité des auteurs de ces crimes odieux.  Concernant la situation au Nord et au Sud-Kivus, M. Mwamba a précisé que des postes de commandement des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) avaient été détruits dans le Nord et le Sud-Kivus, et qu’aujourd’hui des éléments des FDLR se rendaient ou regagnaient leur pays.  La paix s’installe progressivement, a-t-il dit.  Des discussions en vue d’améliorer les relations bilatérales et multilatérales ont été entreprises avec le Burundi, l’Ouganda et le Rwanda.  La RDC a pris le pari de consolider et de cultiver les idéaux de réconciliation nationale, de paix, de démocratie et de bonne gouvernance à l’intérieur de ses frontières, a-t-il ajouté.  À l’instar des autres pays en situation postconflit, la RDC souligne l’impérieuse nécessité d’organiser une conférence internationale sur le financement de sa reconstruction, et ce, dans les meilleurs délais, a déclaré M. Mwamba.  Il s’agit, a-t-il conclu, de « bâtir un Congo nouveau, une nation en marche ouverte sur le monde, au centre d’un continent en pleine mutation, a-t-il conclu ».
 


Source

Déclaration

Sessions précédentes

  • S.E. M. Joseph Kabila Kabange
    Président
  • S.E. M. Joseph Kabila Kabange
    Président
  • S.E. M. Raymond Tshibanda N'tungamulongo
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Raymond Tshibanda N'tungamulongo
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Joseph KABILA KABANGE
    Président
  • S.E. M. Joseph Kabila Kabange
    Président
  • S.E. M. Joseph Kabila Kabange
    Président
  • S.E. M. Joseph Kabila Kabange
    Président
  • S.E. M. JOSEPH KABILA KABANGE
    Président