Botswana

S.E. M. Mokgweetsi Eric Keabetswe Masisi, Vice-président

1 Octobre 2015 (70e session)

Botswana
Statement Summary: 

« Alors que le crépuscule descend sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, le Gouvernement du Botswana a commencé à se préparer avec enthousiasme à l’aurore du nouveau cadre international pour le développement », a affirmé M. MOKGWEETSI ERIC KEABETSWE MASISI, Vice-Président du Botswana.  Il a expliqué que ce nouveau cadre représentait une vision globale pour promouvoir une prospérité durable de l’humanité et concrétiser « l’avenir que nous voulons ».  Il a rappelé que les pays en développement sans littoral s’étaient réunis en novembre dernier à Vienne pour adopter leur Programme d’action qui s’articule autour de six domaines prioritaires à savoir les infrastructures, le développement, le commerce international, l’intégration régionale, la coopération et la transformation structurelle des économies.  Le Botswana, comme les autres pays en développement sans littoral et à revenu intermédiaire, aura besoin de voir ses capacités substantiellement renforcées afin de mettre en œuvre chacun de ces six domaines d’action.  S’agissant du financement, il faut répondre aux besoins et aux défis des pays à revenu intermédiaire plutôt que recourir à des solutions à taille unique, a insisté M. Masisi.

En ce qui concerne la crise migratoire en Europe, il a estimé qu’il était injuste de blâmer certains pays d’Europe pour leur politique migratoire dans la mesure où chaque pays doit pouvoir évaluer ses capacités d’accueil.  La tragédie n’a pas été créée par l’Europe mais par les pays d’origine.  L’imposition de quotas obligatoires de migrants n’est pas la meilleure solution, a-t-il dit.  Il a plaidé pour la création d’un fonds spécial placé sous l’égide du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), que l’Europe ou idéalement la communauté internationale financerait, conformément au statut économique de chacun et à son statut de pays d’accueil.  S’il faillait une approche obligatoire, ça devrait être celle-là, a estimé le Vice-Président.  En résumé, le pays qui accepterait le plus grand nombre de réfugiés aurait le plus grand appui du fonds et ses contributions au dit fonds diminueraient en proportion.

Après avoir passé en revue les conflits dans le monde, le Vice-Président a rappelé que son pays figurait parmi les 58 signataires de la pétition qui, en 2013, exhortait le Conseil de sécurité à saisir la Cour pénale internationale (CPI) de la situation en Syrie.  Devant l’échec de cette initiative, le Vice-Président a appuyé la proposition de la France visant à ce que l’on renonce au droit de veto en cas d’atrocités de masse.  Le Conseil de sécurité ne peut être un exemple de démocratie avec un nombre de membres permanents limité à cinq et le droit de veto, a tranché le Vice-Président.  « Il ne devrait y avoir ni membre permanent ni droit de veto », a-t-il estimé.  Il est peut-être temps, a-t-il aussi estimé, que le concept de responsabilité de protéger soit inscrit formellement à l’ordre du jour de l’Assemblée générale, ce qui pourrait peut-être, a-t-il ajouté, inciter le Conseil à améliorer ses relations avec la Cour pénale internationale.  Le Vice-Président a tenu à dire en conclusion que « plus tôt le monde sera débarrassé du piètre leadership de Sepp Blatter à la FIFA, mieux ce sera ».  La corruption, la mauvaise gouvernance et un leader qui a largement dépassé sa « date de péremption » nous montrent que la FIFA s’apparente à un « État failli ».  La bonne gouvernance ne devrait pas seulement s’appliquer aux hommes et femmes politiques mais à toutes les institutions, en particulier les organisations internationales.


Source

Déclaration

Vidéo

Français


Audio

Arabe | MP3

Chinois | MP3

Anglais | MP3

Français | MP3

Russe | MP3

Espagnol | MP3

Langue originale | MP3

Sessions précédentes

  • S.E. M. Mokgweetsi Eric Keabetswe Masisi
    Président
  • S.E. M. Mokgweetsi E.K. Masisi
    Vice-président
  • S.E. M. Mokgweetsi Eric Keabetswe Masisi
    Vice-président
  • S.E. M. Phandu Skelemani
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Phandu T. C. Skelemani
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Phandu T. C. Skelemani
    Ministre des affaires étrangères
  • S.E. M. Mompati S. Merafhe
    Vice-président
  • S.E. M. Mompati Merafhe
    Vice-président
  • S.E. M. Charles Thembani Ntwaaggae
    Président de la délégation