Îles Marshall

S.E. M. Christopher J. Loeak, Président

26 septembre 2014 (69e session)

S.E. M.Christopher J. Loeak

UN Photo / Téléchargement

Résumé de la déclaration : 

M. CHRISTOPHER J. LOEAK, Président des Îles Marshall, a exprimé sa préoccupation quant aux situations de crise qui prévalent actuellement en Ukraine, mais aussi en Syrie et en Iraq.  « Les dirigeants des nations n’ont pas d’autre choix que d’y répondre par une action rapide ou tourner le dos à un danger qui ne cesse de grandir », a-t-il prévenu.

M. Loeak a rappelé que les changements climatiques posent une menace existentielle aux pays du Pacifique et, par-delà, au reste du monde.  Plus qu’aucune autre menace, a-t-il dit, les changements climatiques exigent un leadership politique direct et un engagement de la part des dirigeants du monde entier, notamment s’agissant des émissions de gaz à effet de serre.  À cet effet, il a soutenu les États fédérés de Micronésie, les États-Unis et de nombreuses autres nations pour qu’elles encouragent une baisse de ces émissions en vertu du Protocole de Kyoto.  « J’assisterai en personne à la conférence sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre prochain », a assuré le Chef d’État des Îles Marshall, qui a expliqué que ce combat était « personnel ».  « Il commence dans mon arrière-cour, où je dois repousser la montée des eaux et sauvegarder mon avenir, l’avenir de mes enfants et celui de mes petits-enfants », a-t-il poursuivi.

Le mois dernier, a rappelé le Président Loeak, les nations du monde entier se sont réunies à Apia, à Samoa, pour la troisième Conférence mondiale sur les petits États insulaires en développement, au cours de laquelle nous avons plaidé pour l’établissement de partenariats solides en faveur des petits États insulaires en développement.  M. Loeak a également exprimé son soutien à la formulation d’un objectif de développement durable sur les océans, et à la protection des pêcheries pour le bienfait des générations futures.  Le Président des Îles Marshall a par ailleurs rappelé que son pays subissait encore les conséquences des 67 essais nucléaires effectués sur son territoire entre 1946 et 1958, essais que les Nations Unies auraient pu empêcher, a-t-il estimé.  « Comme beaucoup d’autres questions, les Îles Marshall sont convaincues que la prise de conscience sur les conséquences catastrophiques des armes nucléaires devait sous-tendre toute réflexion sur la question du désarmement nucléaire. »


Source

Déclaration

Vidéo

Français

Audio

Arabe | Téléchargement

Chinese | Téléchargement

Anglais | Téléchargement

Français | Téléchargement

Russe | Téléchargement

Espagnol | Téléchargement

Sessions précédentes